Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Archives

"2000 embauches chez Volvo-Gent : un impact déstabilisant sur le pacte sur le pacte territorial ?"

11-10-2002 Alter Échos n° 128

Lors de l’implantation d’une nouvelle entité de production à Gand, soit 340 millions d’euros d’investissement, Volvo cars1 et ses sous-traitants vont engager respectivement 1.400 et600 personnes. Volvo compte déjà parmi les plus gros employeurs (3.800 emplois) de la région et par ce projet va encore accentuer son impact sur l’emploi du territoire portuairegantois. Un impact que, paradoxalement, certaines PME locales craignent, inquiètes de voir leur main-d’œuvre qualifiée passer chez Volvo car attirée par des conditions plusavantageuses.
Une inquiétude un temps relayée par Renaat Landuyt, ministre flamand de l’Emploi, soucieux de voir les publics peu qualifiés bénéficier de cette opportunitédans une région où le chômage est composé de 38 % de chômeurs longue durée, 53 % de peu qualifiés et 16 % de personnes d’origineétrangère. Mais Volvo se veut rassurant.
Le tout est géré en suivant le “Pacte territorial – Grandes Embauches” par l’asbl “Gent, stad in werking”2, un partenariat initié par la Ville et ouvert à plus de 160acteurs, tels que le VDAB (Forem flamand) et Volvo. Le ministre flamand de l’Emploi Renaat Landuyt soutient l’initiative et octroie 1,16 million d’euros, entre autres pour financer les 1.000 IBO(formations professionnelles individuelles du type PFI ou FPI) dans le secteur automobile. Ce programme est conçu spécifiquement pour aider les groupes à risques à trouverun travail plus rapidement.
Chez Volvo, les nouvelles embauches sont organisées en collaboration avec le VDAB via un outil spécifiquement créé pour l’occasion, l'”Automotive Jobcenter”. Les candidats(principalement du personnel des sous-traitants de Volvo) y passent un screening. Ils sont ensuite soit directement engagés et intégrés aux équipes existantes ou bienorientés vers une formation du VDAB et un parcours d’insertion.
Les publics peu qualifiés ont-ils une réelle chance d’être engagés chez Volvo ? “Tout le monde est le bienvenu, répond Mark De Mey, porte-parole de Volvo Cars Gent,mais chaque personne doit réussir un test de sélection. En cas d’échec, les candidats ont droit à une seconde chance après la formation du VDAB”. Même si lesacteurs locaux n’ont pas été consultés avant la décision de Volvo, le siège social suédois de Volvo (filiale du groupe américain Ford), àl’origine de la décision, dit avoir tout étudié et préparé avec les autorités gantoises. Quant à une éventuelle déstabilisation del’emploi dans les PME environnantes et aussi parmi les sous-traitants de Volvo, Mark De Mey est confiant : “Il y aura un effet de drainage, voire même un effet d’accueil. Le chômagea fortement augmenté à Gand et notre projet offre un filet de sécurité pour beaucoup de gens qui, sans nous, auraient été dans une situationcritique”.
1 Volvo Cars Gent, tél. : 09 250 27 31, site : http://www.volvocarsgent.be
2 Gent, stad in werking, tél. : 09 267 30 41, site : http://www.gent.be/stadinwerking

Alter Échos

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)