Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Santé

VIH : la discrimination contamine encore le corps médical

Alors qu’on parle d’une «normalisation» de l’épidémie (chronicisation de la maladie, avec des traitements plus efficaces et moins lourds), les discriminations à l’égard des personnes séropositives existent toujours dans les milieux médicaux en Belgique. Comment expliquer cette absurdité?

© Shutterstock

Alors qu’on parle d’une «normalisation» de l’épidémie (chronicisation de la maladie, avec des traitements plus efficaces et moins lourds), les discriminations à l’égard des personnes séropositives existent toujours dans les milieux médicaux en Belgique. Comment expliquer cette absurdité?
Roberto (prénom d’emprunt) s’est fait diagnostiquer «séropositif» lors d’un don de sang en Espagne. «Je ne veux pas discriminer, mais c’est toujours la même histoire. Les positifs, c’est toujours des homos», a réagi, désapprobatrice, la femme qui le recevait, tout en lui demandant de signer un papier attestant qu’il était au courant de son état au moment du don. Depuis lors, ses expériences avec le corps médical ont été faites de hauts et de bas. D’une dentiste qui, en pleine manœuvre dans la bouche du jeune homme, lui lance, avec un brin d’insouciance: «Ah bon, vous prenez des rétroviraux contre le VIH?» à un médecin ORL, subitement pris de panique lors de l’examen, en apprenant la «nouvelle»... le fossé est grand. «Il n’a pas voulu regarder ma gorge», précise Roberto. Le jeune Espagnol est arrivé en Belgique il y a trois ans. Depuis, il est suivi par un médecin spécialisé dans un centre de référence VIH/sida. Et mis à part quelques soucis d’ordre administratif, «tout se passe très bien». «Mais quand tu vas chez un généraliste, que ce soit en Espagne ou ailleurs, alors ses idéaux, sa situation...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

Alors qu’on parle d’une «normalisation» de l’épidémie (chronicisation de la maladie, avec des traitements plus efficaces et moins lourds), les discriminations à l’égard des personnes séropositives existent toujours dans les milieux médicaux en Belgique. Comment expliquer cette absurdité?
Roberto (prénom d’emprunt) s’est fait diagnostiquer «séropositif» lors d’un don de sang en Espagne. «Je ne veux pas discriminer, mais c’est toujours la même histoire. Les positifs, c’est toujours des homos», a réagi, désapprobatrice, la femme qui le recevait, tout en lui demandant de signer un papier attestant qu’il était au courant de son état au moment du don. Depuis lors, ses expériences avec le corps médical ont été faites de hauts et de bas. D’une dentiste qui, en pleine manœuvre dans la bouche du jeune homme, lui lance, avec un brin d’insouciance: «Ah bon, vous prenez des rétroviraux contre le VIH?» à un médecin ORL, subitement pris de panique lors de l’examen, en apprenant la «nouvelle»... le fossé est grand. «Il n’a pas voulu regarder ma gorge», précise Roberto. Le jeune Espagnol est arrivé en Belgique il y a trois ans. Depuis, il est suivi par un médecin spécialisé dans un centre de référence VIH/sida. Et mis à part quelques soucis d’ordre administratif, «tout se passe très bien». «Mais quand tu vas chez un généraliste, que ce soit en Espagne ou ailleurs, alors ses idéaux, sa situation...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

Aller plus loin

Alors qu’on parle d’une «normalisation» de l’épidémie (chronicisation de la maladie, avec des traitements plus efficaces et moins lourds), les discriminations à l’égard des personnes séropositives existent toujours dans les milieux médicaux en Belgique. Comment expliquer cette absurdité?
Roberto (prénom d’emprunt) s’est fait diagnostiquer «séropositif» lors d’un don de sang en Espagne. «Je ne veux pas discriminer, mais c’est toujours la même histoire. Les positifs, c’est toujours des homos», a réagi, désapprobatrice, la femme qui le recevait, tout en lui demandant de signer un papier attestant qu’il était au courant de son état au moment du don. Depuis lors, ses expériences avec le corps médical ont été faites de hauts et de bas. D’une dentiste qui, en pleine manœuvre dans la bouche du jeune homme, lui lance, avec un brin d’insouciance: «Ah bon, vous prenez des rétroviraux contre le VIH?» à un médecin ORL, subitement pris de panique lors de l’examen, en apprenant la «nouvelle»... le fossé est grand. «Il n’a pas voulu regarder ma gorge», précise Roberto. Le jeune Espagnol est arrivé en Belgique il y a trois ans. Depuis, il est suivi par un médecin spécialisé dans un centre de référence VIH/sida. Et mis à part quelques soucis d’ordre administratif, «tout se passe très bien». «Mais quand tu vas chez un généraliste, que ce soit en Espagne ou ailleurs, alors ses idéaux, sa situation...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

Marinette Mormont

Marinette Mormont

Coordinatrice web, contact freelances, journaliste (social, santé, logement).

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)