Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Aide à la jeunesse

Une journée en IPPJ

L’IPPJ de Wauthier-Braine accueille 52 jeunes «délinquants». Tous ont commis des «faits qualifiés infractions», selon l’appellation officielle. L’institution nous a ouvert ses portes. Reportage.

© www.pexels.com

L’IPPJ de Wauthier-Braine accueille 52 jeunes «délinquants». Tous ont commis des «faits qualifiés infractions», selon l’appellation officielle. L’institution nous a ouvert ses portes. Reportage.
Sept jeunes en sueur bêchent sans enthousiasme. Ils préparent le potager de l’institution publique de protection de la jeunesse (IPPJ) de Wauthier-Braine, ce lieu où 52 mineurs ayant commis des «faits qualifiés infractions» sont placés pour des durées variant de 15 jours à parfois plus d’un an. Ils sont envoyés dans ces structures après des vols, des agressions, des braquages et autres forfaits.
À quelques pas du potager, des serres abritent des centaines de fleurs. L’horticulture et la menuiserie sont les deux activités qui mobilisent les jeunes pendant leur placement. «Notre but est de remettre ces jeunes dans une dynamique de travail, explique Didier Delbart, le directeur de l’IPPJ. Ils réapprennent la régularité, la ponctualité et gagnent un petit surplus d’argent de poche grâce aux tâches qu’ils doivent prester.»

«Le but de ces placements est que le jeune puisse réfléchir à ses actes et adapter ses comportements.» Didier Delbert.

L’IPPJ de Wauthier-Braine est composée d’une section ouverte de 42 places et d’une section fermée d’une capacité de dix places. Cette dernière répond au doux nom de Soder, pour Service d’observation et de développement émotionnel et relationnel.
...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

Cédric Vallet

Cédric Vallet

Journaliste (jeunesse, aide à la jeunesse et migrations)

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)