Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Social

Une graine de cohésion sociale à Houyet

Le CPAS de Houyet a transformé le jardin du curé en potager solidaire et intergénérationnel.

25-09-2011 Alter Échos n° 323

Après avoir installé son épicerie sociale et son magasin de seconde main dans le presbytère, le CPAS de Houyet1 a transformé le jardin du curéen potager solidaire et intergénérationnel  : le Mille-pattes. Histoire de cultiver le lien social.

Allan, Nathalie, Catherine, Suzanne, Philippe et Jean-Marie viennent de terminer leur première récolte, non sans une certaine fierté. Des laitues belles àcroquer, des tomates à faire rougir de plaisir, des haricots au kilo… Difficile d’imaginer qu’il y a quelques mois à peine cette terre n’étaitqu’une friche à l’abandon. « Il a fallu construire la serre, désherber, arracher les souches des arbres. Cela demande beaucoup de patience », explique Allan.Engagé en tant qu’article 60, le jeune homme donne un coup de main aux bénévoles du potager à raison de deux jours par semaine. Il participe aussi àl’entretien des chemins de randonnée qui jalonnent cette belle région de la province de Namur.

« Avant, je restais souvent enfermée chez moi toute la journée pour faire du tricot, du point de croix, des bijoux. Le potager, c’est une occasion de sortir, de voir dumonde » confie Nathalie, une usagère qui vient souvent planter des légumes avec son petit garçon. « Et puis, ça n’a pas le même goût. On saitce qu’on mange, d’où ça vient et comment ça a été cultivé. Pas comme au supermarché. »

L’objectif premier du projet est de créer du lien social. « L’avantage dans un petit CPAS comme celui de Houyet, c’est qu’on connaît bien les gens. Quand ils viennent nousvoir, on sait déjà qui ils sont, quelle est leur histoire, d’où vient leur famille », explique la présidente Francine Jaspart. « Mais la solitude est toutaussi présente ici que dans les grandes villes », ajoute Ludovic François, le responsable du projet potager.

Si la cohésion sociale constitue l’objectif premier, côté légumes, le bilan s’avère également positif. Les surplus dégagés ont mêmeservi à alimenter l’épicerie sociale. « Après une première saison, on a déjà une belle production, se félicite Ludovic François. Al’origine, le jardin était plutôt un prétexte. L’idée était surtout de permettre aux gens de sortir de chez eux, de voir du monde, de rencontrer despersonnes d’autres générations. Finalement, on se rend compte que cela représente aussi un bonus important pour les jardiniers. »

Saison 2

Pour la saison 2, Francine Jaspart a déjà plein d’idées  : développer une bibliothèque d’ouvrages sur le jardinage, organiser des conférencesd’horticulture, proposer des activités avec les écoles, inciter le public non usager du CPAS à participer, poursuivre les visites d’autres potagers solidaires comme cetété à Hastière…

Un des objectifs sera aussi de créer d’autres potagers dans les villages avoisinants. La présidente a déjà repéré un terrain libre dans une ancienneécole à Finneveaux. La commune de Houyet s’étend sur treize entités. Quarante kilomètres séparent Ciergnon de Mesnil-Saint-Blaise, les deux villagesles plus éloignés. « C’est un vrai problème en termes de mobilité. Se rendre à un entretien d’embauche peut être une véritablegalère », déplore la présidente du CPAS. Avec un train toutes les deux heures et deux bus par jour en semaine, on ne peut pas dire que la commune soit trèsgâtée question transports publics. « Si vous voulez vous rendre de Mesnil à Houyet, vous devez prendre le bus jusqu’à Beauraing, donc sortir de la commune, pourprendre un train jusqu’ici », cite-t-elle comme exemple.

Pour ne rien faciliter, les opportunités d’emploi dans la région ne sont pas légion. La marbrerie a fermé ses portes il y a quelques années, il n’y a pas degrande surface, d’entreprises importantes… « La ville et le home doivent sans doute constituer les plus gros employeurs du coin », observe la secrétaire du CPAS. Et, si letourisme permet à quelques hôteliers et restaurateurs de faire vivre leur famille, le succès reste relatif. « Les touristes viennent ici pour faire la descente de la Lesse.Ils garent leur voiture à l’arrivée et se rendent ici en train. Ils louent directement leur kayak à la sortie de la gare et ne rentrent même pas dans levillage », regrette Francine Jaspart.

1. CPAS de Houyet :
– adresse : rue Grande, 62 à 5560 Houyet
– tél. : 082 66 68 80
– site : www.houyet.be/pages/houyet138.asp

Sandrine Warsztacki

Sandrine Warsztacki

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)