Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Social

Un modèle québécois pour penser la sortie de prison

Au Québec, depuis les années 80, les centres résidentiels communautaires (CRC) offrent une voie aux personnes judiciarisées les plus vulnérables. Une alternative à la récidive. En collaboration avec les services correctionnels (équivalent de l’administration pénitentiaire), des organismes privés à but non lucratif chapeautent un réseau de services à travers la province. Un modèle de partenariat unique au Canada, qui a fait ses preuves malgré les défis. Et qui pourrait essaimer chez nous.

Dans le quartier cossu de Notre-Dame-de-Grâce, à Montréal, la maison Thérèse Casgrain prépare les anciennes détenues au retour en société.

Au Québec, les centres résidentiels communautaires (CRC) offrent une voie aux personnes judiciarisées les plus vulnérables. Une alternative à la récidive. En collaboration avec les services correctionnels (équivalent de l’administration pénitentiaire), des organismes privés à but non lucratif chapeautent un réseau de services à travers la province depuis les années 80. Un modèle de partenariat unique au Canada, qui a fait ses preuves malgré les défis. Et qui pourrait essaimer chez nous.

Cet article a été publié dans Alter Échos n°423 du 18 mai

Par Sophie Mangado

Pour comprendre comment secteurs correctionnel et communautaire ont tissé des liens, il faut remonter à la fin du XIXe, alors que des mouvements citoyens (souvent issus de groupes religieux) prônaient la réhabilitation plutôt que le châtiment. L’aide aux personnes incarcérées s’organise alors. En 1956, un comité d’enquête sur le Service des pardons recommande de maintenir autant que possible les délinquants hors les murs. Les organismes issus de la communauté deviennent des alliés de choix pour le gouvernement, qui s’en assure la collaboration moyennant finance. Souvent sans le sou, voilà pour eux l’opportunité de développer et de pérenniser les services. L’enjeu devient alors de garder leur indépendance.
«L’emprisonnement contribue davantage à accroître la récidive qu’à la réduire», Commission de réforme du...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

Au Québec, les centres résidentiels communautaires (CRC) offrent une voie aux personnes judiciarisées les plus vulnérables. Une alternative à la récidive. En collaboration avec les services correctionnels (équivalent de l’administration pénitentiaire), des organismes privés à but non lucratif chapeautent un réseau de services à travers la province depuis les années 80. Un modèle de partenariat unique au Canada, qui a fait ses preuves malgré les défis. Et qui pourrait essaimer chez nous.

Cet article a été publié dans Alter Échos n°423 du 18 mai

Par Sophie Mangado

Pour comprendre comment secteurs correctionnel et communautaire ont tissé des liens, il faut remonter à la fin du XIXe, alors que des mouvements citoyens (souvent issus de groupes religieux) prônaient la réhabilitation plutôt que le châtiment. L’aide aux personnes incarcérées s’organise alors. En 1956, un comité d’enquête sur le Service des pardons recommande de maintenir autant que possible les délinquants hors les murs. Les organismes issus de la communauté deviennent des alliés de choix pour le gouvernement, qui s’en assure la collaboration moyennant finance. Souvent sans le sou, voilà pour eux l’opportunité de développer et de pérenniser les services. L’enjeu devient alors de garder leur indépendance.
«L’emprisonnement contribue davantage à accroître la récidive qu’à la réduire», Commission de réforme du...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

Aller plus loin

Au Québec, les centres résidentiels communautaires (CRC) offrent une voie aux personnes judiciarisées les plus vulnérables. Une alternative à la récidive. En collaboration avec les services correctionnels (équivalent de l’administration pénitentiaire), des organismes privés à but non lucratif chapeautent un réseau de services à travers la province depuis les années 80. Un modèle de partenariat unique au Canada, qui a fait ses preuves malgré les défis. Et qui pourrait essaimer chez nous.

Cet article a été publié dans Alter Échos n°423 du 18 mai

Par Sophie Mangado

Pour comprendre comment secteurs correctionnel et communautaire ont tissé des liens, il faut remonter à la fin du XIXe, alors que des mouvements citoyens (souvent issus de groupes religieux) prônaient la réhabilitation plutôt que le châtiment. L’aide aux personnes incarcérées s’organise alors. En 1956, un comité d’enquête sur le Service des pardons recommande de maintenir autant que possible les délinquants hors les murs. Les organismes issus de la communauté deviennent des alliés de choix pour le gouvernement, qui s’en assure la collaboration moyennant finance. Souvent sans le sou, voilà pour eux l’opportunité de développer et de pérenniser les services. L’enjeu devient alors de garder leur indépendance.
«L’emprisonnement contribue davantage à accroître la récidive qu’à la réduire», Commission de réforme du...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

Sophie Mangado

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)