Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Archives

“Un an après les émeutes, perplexité à Cureghem”

23-11-1998 Alter Échos n° 41
Anderlecht
Lucie Castel

A l’initiative de l’asbl Alhambra a eu lieu le 13 novembre dernier à Anderlecht une soirée de réflexion-débat intitulée « Cureghem, un an après ». Pour les organisateurs, il s’agissait d’évoquer les actions concrètes menées depuis les émeutes de novembre 97 et en particulier de connaître la répartition de la manne financière de 150 millions accordée dans leur foulée par la Région et le fédéral. Pour ce faire, on avait invité le bourgmestre, C. D’Hoog, attendu en vain, l’échevin de la culture et de la jeunesse, J.-J. Boelpaepe (FDF), le premier échevin, J. Simonet (PRL), un conseiller communal Ecolo, A. Drouart, ainsi que des représentants d’associations. Plus de 200 personnes ont assisté à cette soirée dont une moitié de jeunes.

L’on se souvient qu’en réaction aux événements de Cureghem, le gouvernement régional avait adopté en janvier 97 un programme « Quartiers d’initiative » dans sept communes bruxelloises défavorisées, programmme financé par la région (400 millions) et le fédéral (175 millions). A celle par qui tout était arrivé, on fit une fleur puisque Cureghem obtint 150 millions.
Sur ces 150 millions, 2/3 seront utilisés, comme prévu, pour l’amélioration du cadre de vie et 40 millions serviront à l’engagement d’animateurs, de coordinateurs,à l’achat d’une maison de quartier appartenant à la ville de Bruxelles. Les 10 millions restants permettront à Bruxelles-Propreté d’engager dix contrats PTP. « Dans l’ensemble, les choses semblent aller très lentement mais c’est normal, a estimé Boelpaepe, car je n’ai pu obtenir toutes les autorisations nécessaires qu’en septembre 98. Quant au retard accusé pour l’engagement des PTP, il est dû au fait que souvent les candidats ne correspondaient pas au profil recherché. »

« Où sont passés les millions ? », a-t-on lancé plusieurs fois à l’évocation de ces chiffres. C’est que la tension était vive dans l’assemblée. L’on pouvait également entendre des « Vous avez planté deux arbres, c’est tout ! », ou encore, sans pouvoir se décider entre espoir ou désespoir « je sais que rien ne va changer, je le sais mais dites-moi si ça va changer ». « Aucune de nos revendications n’a été rencontrée »,dénonçait pour sa part une personne du groupe Femmes citoyennes, ni en termes d’emplois ni en termes de symboles.

“Il faut une gestion communale crédible”. J. Leman, directeur du Centre pour l’égalité des chances

Difficile donc pour les habitants de croire à une intervention plus importante du fédéral puisque comme l’indiquait J. Leman, directeur du Centre pour l’égalité des chances, il faut une gestion communale crédible. « Or, a-t-il déclaré, celle d’Anderlecht ne le semble pas assez. Aux dires de la population, on n’a pas vu de geste très précis. » A la question de savoir si le Centre a un droit de regard sur les quartiers d’initiative, Leman répond qu’il pourrait le demander. « Mais cela peut être perçu comme un acte agressif de la part des autorités, ce qui pourrait compromettre des contacts avec les forces de l’ordre, par exemple, en vue d’organiser des formations.Cependant, si rien ne bouge, je pourrais le demander. »

Malgré tout, pour Leman, cette soirée était positive. « La salle était pleine. Les jeunes sont restés jusqu’à la fin, se sont exprimés àleur manière. A certains moments, ils étaient agressifs mais je n’ai aucun problème avec cela  ». Pour les organisateurs, la soirée était également perçue comme une réussite. Quelque chose a commencé à changer à Cureghem ?

 

Alhambra asbl, rue Eloy 80 à 1070 Bruxelles, tél. : 095/63 53 88.

Alter Échos

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)