Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Un abri de nuit qui repart de zéro

Cela faisait plus de quinze ans que le nouvel abri de nuit était attendu à Namur. Depuis le mois d’août dernier, c’est désormais une réalité.

13-11-2012 Alter Échos n° 348

Cela faisait plus de quinze ans que le nouvel abri de nuit était attendu à Namur. Depuis le mois d’août dernier, c’est désormais une réalité.

Si l’on n’y prêtait pas attention, on ne verrait pas le nouvel abri de nuit de Namur1, situé dans une ancienne maison de maître, derrière la gare. Autant direque cela contraste avec l’ancien abri, un bâtiment désaffecté sur le site des Abattoirs de Bomel qui, depuis 1991, servait de lieu d’accueil pour les sans-abri.

Outre l’ambiance cosy qui tranche avec l’aspect spartiate de l’ancien abri, la capacité d’accueil de ce nouveau lieu a été accrue  : on passe de 14 à 33 lits dontun est réservé à une personne à mobilité réduite. Exit aussi l’ancien dortoir mixte. Dorénavant, il y a cinq chambrées, allant de quatreà huit lits, avec trois douches mises à disposition. Puis, il y a des boxes pour accueillir sept chiens. Un projet ambitieux mené par les autorités, mais cela n’a pasété sans mal.

« Il fallait repartir de zéro, trouver un lieu qui tiendrait compte des besoins logistiques, tant des usagers que du personnel, explique Nathalie Poupier, responsable de l’abride nuit. L’an dernier, la promiscuité n’était pas facile à gérer dans le dortoir. Ici, le fait d’avoir des chambres séparées et limitées àquelques personnes permet de mieux gérer les groupes. On peut organiser l’abri en fonction des demandes de chacun, notamment quand la personne est accompagnée de sonchien. »

C’est vrai que l’on vient de loin. L’hiver dernier, plusieurs usagers s’étaient révoltés contre les conditions d’accueil à l’ancien abri. « On avaitl’impression de perdre sa dignité, avoue Thierry, un SDF. Les couvertures étaient sales, il n’y avait pas de douche, et cela ne se passait pas très bien avec leséducateurs. »

Peu avant l’inauguration du nouvel abri, c’était au tour des éducateurs de se plaindre des conditions de travail, déplorant de n’être que deux travailleurs par nuit pourassurer désormais l’accueil d’une trentaine de personnes. Enfin, face au phénomène de paupérisation croissante, les 33 lits de l’abri de nuit semblent insuffisants pourrépondre à toutes les demandes puisqu’il y aurait près de 340 SDF recensés à Namur. « On a entre 30 et 40 demandes d’hébergement par soir. Enmoyenne, une cinquantaine de personnes viennent passer la nuit à l’abri par semaine, ajoute Nathalie Poupier. Quand on dépasse les capacités d’accueil, on demande aux personnessi elles ont une solution alternative, s’il n’y a pas de solution, on doit procéder par tirage au sort en retenant les personnes prioritaires et en aidant les personnes sans logement via ledispositif d’urgence sociale présent chaque soir à l’abri. »

Un manque de personnel

Du côté du monde associatif, on salue l’arrivée de ce nouvel abri de nuit. « C’est positif, le contraste est tellement grand avec l’ancien abri, mais cela fait desannées qu’on attendait un lieu d’accueil qui réponde aux besoins essentiels des usagers, souligne Roberto Galante du Resto du cœur. On redresse le niveau, c’étaitindispensable, car dans l’ancien abri, il y avait des personnes qui se trouvaient mal parquées, l’accueil était déplorable en termes de confort, avec du matérielusagé. Je crois que l’accueil dans le nouvel abri reste à la dure, avec un règlement intérieur sévère, mais nécessaire. Mais pour que cela fonctionne,il faudrait plus de personnel. Pourquoi ne pas proposer un petit déjeuner le matin, un potage le soir. Tout cela n’est pas encore acquis, c’est l’associatif qui le fait. Pourtant, c’estessentiel pour structurer et réintégrer la personne. »

Justement, l’objectif de la Ville, c’est de pérenniser l’outil dans les prochaines années. « Avec ce nouvel abri, on a le double de personnes à gérer. Avecla présence des douches, l’accueil des chiens, les éducateurs sont face à un éventail de nouvelles pratiques. Si on parvient à pérenniser cet outil dans ladouceur avec les usagers, on pourra dire que ce sera un succès, explique Sabine Vandenbroucke, chef de cabinet du bourgmestre de Namur, Maxime Prévot. Pour nous, c’est un engagement des’engager dans la cohésion sociale, ce n’est pas simple parce que les situations rencontrées par les usagers de l’abri sont multi-problématiques. D’où notre volontéde créer des ponts entre les équipes des travailleurs sociaux pour renforcer l’accueil et l’accompagnement des sans-abri à Namur. »

+ d’infos :
Web + : Alter Echos n° 265 du 16.01.2009 : “Des chambres avecvue sur l’insertion

1. Abri de nuit :
– adresse : bd du Nord, 22 à 5000 Namur
– tél. : 081 24 63 94
– site  : www.ville.namur.be

Pierre Jassogne

Pierre Jassogne

Journaliste (social, justice)

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)