Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

#Commissariat général aux réfugiés et aux apatrides

Migrations

Francken a l’asile fragile

Le gouvernement de Charles Michel réforme le droit d’asile. Theo Francken dit vouloir « lutter contre les abus » et « protéger les personnes vulnérables ». Mais les associations protestent contre ce projet de loi qui, selon elles, facilitera la détention des demandeurs [...]

Migrations

Eurovillage : le village « purgatoire » des demandeurs d’asile

Eurovillage, c’est le nom d’un village de loisirs dans les Ardennes, réaffecté en 2011 en centre d’accueil pour demandeurs d’asile en attente de recevoir une autorisation à rester sur le territoire belge ou l’ordre de le quitter. Le réalisateur belge François Pirot a posé de longues semaines sa caméra dans ce lieu isolé pour saisir au plus près ces destins suspendus. Rencontre.

29-04-2016
Social

CBAR, disparition inquiétante d’une institution

Le Comité belge d’aide aux réfugiés devrait disparaître cette année. Derrière des réaffectations de subventions européennes point le choix politique d’un gouvernement.

Migrations

Déplacements forcés : Amnesty condamne l’Europe

Conflits, catastrophes écologiques, crises économiques… 75 millions d’êtres humains sont au bas mot dans des situations de déplacement plus ou moins forcé. Les camps font durablement partie du paysage mondial. Rien qu’en Europe, pas moins de 400 centres de rétention administrative filtrent plus de 500.000 candidats par an. Chargée en conflits, 2014 a vu périr des civils en nombre. Quinze millions de personnes ont fui les combats: du jamais-vu depuis la Seconde Guerre mondiale. Dans son rapport annuel, qui passe en revue l’état des droits de l’homme dans 160 pays, Amnesty International accuse: «Les leaders mondiaux, dont l’ONU, ont lamentablement échoué à protéger les plus démunis.» L’Europe n’est pas en reste. Iverna McGowan, directrice par intérim du Bureau d’Amnesty International auprès des institutions européennes, explique pourquoi.

Focales

Réinstallation des réfugiés : les premiers pas d’un programme belge

Depuis 2013, le Belgique s’est engagée dans un programme structurel de réinstallation de réfugiés. Il a dores et déjà concerné cent personnes. Acheminer des réfugiés depuis leur premier lieu d’accueil, souvent un camp surpeuplé, jusqu’en Belgique, demande une sacrée organisation. Les CPAS, des associations comme Caritas international ou Convivial, Fedasil et le Haut commissariat des nations unies pour les réfugiés travaillent main dans la main pour que l’atterrissage se passe le mieux possible. Quant au Commissariat général aux réfugiés et aux apatrides, il est chargé de la sélection de ces personnes particulièrement vulnérables.
Si la réinstallation existe en théorie depuis des dizaines d’années, sa pratique est organisée depuis peu. Comment les réfugiés sont-ils sélectionnés ? Comment sont-ils accueillis ? Qui les accompagne lors de leurs premiers pas en Belgique ? Focales vous propose un voyage au coeur de ce nouveau dispositif.
L’existence de ce programme est bien souvent applaudi. Ce qui n’empêche pas des critiques de s’exprimer. Réinstaller cent réfugiés, n’est-ce pas dérisoire au vu des besoins de protection des réfugiés du monde entier ?