Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

#candidat réfugié

Migrations

« La migration économique ? Un tabou »

La Belgique a officiellement fermé ses frontières à la migration de travail, sauf pour des profils bien spécifiques. Cette migration se poursuit cependant par d’autres voies, comme l’asile ou le regroupement familial. Faut-il alors ouvrir un canal de migration légal ? Pour François De Smet, philosophe, directeur du Centre fédéral Migration Myria, il faut oser lancer le débat malgré les craintes que la migration économique suscite dans l’opinion publique.

Migrations

Sans papiers, sans droit au volontariat

Impossible d’évaluer leur nombre, difficile de récolter leurs témoignages. Mais elles existent. Des associations ont décidé de donner la possibilité à des personnes en séjour illégal en Belgique de s’investir bénévolement au sein de leurs projets.

Archives

Apatrides en Belgique : humains ou fantômes ?

Combien notre pays compte-t-il de personnes qu’aucun État ne considère comme faisant partie de ses ressortissants ? Les chiffres sont flous, comme les limites juridiquesentourant ce statut pourtant régi par deux conventions internationales1. Conventions que la Belgique peine à ratifier, elle qui n’a pas traduit en droit interne lesdispositions de cette protection.

Abonnés
Archives

Asile et d'immigration : l'Europe avance… quant à savoir si c'est dans le bon sens…

« Les citoyens d’Europe attendent à juste titre de l’Union européenne que, tout en garantissant le respect des libertés et des droits fondamentaux, elleadopte une approche commune plus efficace des problèmes transfrontières tels que l’immigration illégale et la traite des êtres humains, ainsi que le terrorisme et lacriminalité organisée », lit-on dans les conclusions du sommet européen qui s’est tenu ces 4 et 5 novembre à Bruxelles. C’est donc dans cette logique queles « Vingt-cinq » ont adopté le 5 novembre le Programme de La Haye, cinq ans après avoir pris la décision de créer « un espace de liberté, desécurité et de justice ». Ils ont mis à profit ce lustre pour se donner un arsenal législatif en matière d’asile et d’immigration, de justicecivile et pénale et de lutte contre la criminalité. Le chantier qui s’ouvre doit permettre de renforcer ces premières mesures, en tenant compte du risque terroriste.

Abonnés