Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

La dernière audience du procès des squatters de Jonruelle dans le quartier Nord à Liège devait avoir lieu le 12 septembre : elle a une fois de plus étéreportée. En effet, la propriétaire a annoncé son intention de mettre en vente son immeuble…
Le verdict de ce procès est très attendu. En effet, un verdict favorable à la réquisition forcée d’un logement contre le droit de propriété, c’est dujamais vu en droit belge. L’avocat du CPAS de Liège, maître Didier Pire, soutient en effet la thèse de l’abus de droit de propriété résultant del’inoccupation de l’immeuble depuis 10 ans. Les squatters1 ont montré qu’il était possible de réquisitionner un logement en dehors de la Loi Onkelinx, inappliquée àce jour.
Les jeunes squatters sont soutenus par Solidarités Nouvelles2, le CPAS de Liège, et le Ministre wallon du Logement. Ce soutien est venu après qu’ils aient interpellé lepouvoir politique via le Centre pour l’Egalité des Chances. En dehors d’Alain, qui est chômeur, ils sont tous sans droits, ayant refusé de les faire valoir auprès duCPAS.
Deux propositions sont actuellement sur la table. La Région wallonne envisage d’investir 5 millions dans le cadre d’un projet de logement de réinsertion avec un bail de 9 ans. Elledemanderait à la propriétaire d’y mettre 10 % de la somme, et utiliserait d’autre part des fonds européens accessibles. Les squatters seraient des locataires prioritaires et lemontant du loyer ne dépasserait pas 20 % de leur revenu, le CPAS leur octroierait alors le montant du minimex via l’aide sociale (taux cohabitant ou isolé ?). Toutefois cela implique quependant la durée des travaux, les squatters déménagent…
Contre-proposition des squatters qui refusent de quitter leur logement, et qui, s’ils y sont contraints, investiront un autre immeuble abandonné du quartier : ils proposent de rénovereux-mêmes l’immeuble, avec l’aide de l’EFT Le Cortil, pour la somme de 300.000 fr, sans devoir quitter leur logement. Ils ne paieraient pas de loyer pendant leur bail à rénovationde 3 ans.
Les jeunes squatters, Alain, Fred, Arnaud, Gwen, Frédérique, vivent en communauté et ne veulent pas renoncer à leur projet de vie. Ils se sont lancés avecsuccès dans la restauration végétarienne. Ils proposent ainsi de venir manger chez eux chaque mercredi à partir de 20h, le prix est libre. Ils livrent aussi des repas dansle quartier.
1 Squat : Alain Prudhomme,:04/227 94 99.
2 Solidarités Nouvelles : Jean-Claude Bomahls 04/355 14 44.

Alter Échos

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)