Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Social

Les conseils de l’action sociale disparaissent en Flandre, et alors ?

Après des années d’attente, le gouvernement flamand accouche finalement d’un décret qui va réformer les CPAS. Le changement s’opère à partir du 1er janvier 2019. Quelles sont les conséquences pour les CPAS au nord du pays?

© pexels.com

Après des années d’attente, le gouvernement flamand accouche finalement d’un décret qui va réformer les CPAS. Le changement s’opérera à partir du 1er janvier 2019. Quelles sont les conséquences pour les CPAS au nord du pays?

La loi fédérale des centres publics d’action sociale (CPAS) voit le jour en 1976. Depuis lors, les services communaux et ceux du CPAS se rapprochent de plus en plus en Flandre. En 2004, le gouvernement Somers adopte le décret relatif à la politique sociale locale. Les maisons sociales sont nées. Les services proposés dans ces bâtiments gérés par le CPAS et les pouvoirs communaux ne se limitent plus seulement à l’aide financière.

En 2010, Geert Bourgeois (N-VA), alors ministre flamand des Affaires intérieures, essaie de faire passer un décret visant à renforcer l’intégration politique et administrative du CPAS au sein de la commune. En vain. Depuis 2012, le président du CPAS doit faire partie du collège des bourgmestre et échevins. «L’intégration des services ne date pas d’hier», constate Wouter Van Dooren, professeur en sciences administratives (Université d’Anvers).

Avec le «décret administration locale», la ministre flamande des Affaires intérieures, Liesbeth Homans (N-VA), compte aller encore plus loin dans l’intégration. Ce décret, qui entre en vigueur le 1er janvier 2019, comporte quatre objectifs: une politique sociale intégrée au maximum, le...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

Aubry Touriel

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)