Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Jeunesse (Aide à la)

SOS-enfants : au chevet des enfants maltraités

Les équipes SOS-enfants, en charge de diagnostiquer et de suivre des situations de maltraitance, sont très sollicitées. Retour sur le travail de ces équipes pluridisciplinaires atypiques.

Les équipes SOS-enfants, chargées de diagnostiquer et de suivre des situations de maltraitance, sont très sollicitées. Retour sur le travail de ces équipes pluridisciplinaires atypiques.

Les équipes de SOS-enfants – qui diagnostiquent et prennent en charge les situations de maltraitance infantile – tentent de trouver de nouvelles voies pour aider ces enfants en difficulté. La maltraitance étant ici comprise comme physique, sexuelle, psychologique ou institutionnelle.

À Charleroi, l’équipe de SOS-enfants, qui se nomme «aide et prévention enfants-parents», a lancé un nouveau projet, ambitieux, nommé «Petite Bulle», dont l’objectif est d’intervenir avant la naissance de l’enfant. Alain Dupont, coordinateur de la cellule, nous explique la genèse de cette «Petite Bulle»: «C’est parti d’une frustration devant l’accumulation de situations difficiles, de tout-petits qui cumulaient des atteintes irréversibles, des troubles du développement, voire des troubles neurologiques. Notre action n’est qu’une goutte dans l’océan. Ici, elle consiste en une sensibilisation des professionnels à une lecture précoce des signes pouvant conduire à des situations de maltraitance.»
« De tout-petits cumulent des atteintes irréversibles, des troubles du développement, voire des troubles neurologiques. » Alain Dupont, coordinateur de l’équipe SOS-enfants à Charleroi
Une lecture si précoce que le proj...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

Les équipes SOS-enfants, chargées de diagnostiquer et de suivre des situations de maltraitance, sont très sollicitées. Retour sur le travail de ces équipes pluridisciplinaires atypiques.

Les équipes de SOS-enfants – qui diagnostiquent et prennent en charge les situations de maltraitance infantile – tentent de trouver de nouvelles voies pour aider ces enfants en difficulté. La maltraitance étant ici comprise comme physique, sexuelle, psychologique ou institutionnelle.

À Charleroi, l’équipe de SOS-enfants, qui se nomme «aide et prévention enfants-parents», a lancé un nouveau projet, ambitieux, nommé «Petite Bulle», dont l’objectif est d’intervenir avant la naissance de l’enfant. Alain Dupont, coordinateur de la cellule, nous explique la genèse de cette «Petite Bulle»: «C’est parti d’une frustration devant l’accumulation de situations difficiles, de tout-petits qui cumulaient des atteintes irréversibles, des troubles du développement, voire des troubles neurologiques. Notre action n’est qu’une goutte dans l’océan. Ici, elle consiste en une sensibilisation des professionnels à une lecture précoce des signes pouvant conduire à des situations de maltraitance.»
« De tout-petits cumulent des atteintes irréversibles, des troubles du développement, voire des troubles neurologiques. » Alain Dupont, coordinateur de l’équipe SOS-enfants à Charleroi
Une lecture si précoce que le proj...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

En savoir plus

Les équipes SOS-enfants, chargées de diagnostiquer et de suivre des situations de maltraitance, sont très sollicitées. Retour sur le travail de ces équipes pluridisciplinaires atypiques.

Les équipes de SOS-enfants – qui diagnostiquent et prennent en charge les situations de maltraitance infantile – tentent de trouver de nouvelles voies pour aider ces enfants en difficulté. La maltraitance étant ici comprise comme physique, sexuelle, psychologique ou institutionnelle.

À Charleroi, l’équipe de SOS-enfants, qui se nomme «aide et prévention enfants-parents», a lancé un nouveau projet, ambitieux, nommé «Petite Bulle», dont l’objectif est d’intervenir avant la naissance de l’enfant. Alain Dupont, coordinateur de la cellule, nous explique la genèse de cette «Petite Bulle»: «C’est parti d’une frustration devant l’accumulation de situations difficiles, de tout-petits qui cumulaient des atteintes irréversibles, des troubles du développement, voire des troubles neurologiques. Notre action n’est qu’une goutte dans l’océan. Ici, elle consiste en une sensibilisation des professionnels à une lecture précoce des signes pouvant conduire à des situations de maltraitance.»
« De tout-petits cumulent des atteintes irréversibles, des troubles du développement, voire des troubles neurologiques. » Alain Dupont, coordinateur de l’équipe SOS-enfants à Charleroi
Une lecture si précoce que le proj...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

Cédric Vallet

Cédric Vallet

Journaliste (jeunesse, aide à la jeunesse et migrations)

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)