Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Archives

Sans-papiers et grève de la faim : l'arme ultime ?

La répression très dure d’une manif de sans-papiers devant l’Office des étrangers ce 29 avril, la mort de Martial, ce jeune Camerounais retrouvé pendu aucentre fermé de Merksplas le 1er mai, ainsi que le contenu de la note de la ministre de la Politique de migration et d’asile, Annemie Turtelboom (Open VLD),révélé par La Libre Belgique ce 21 mai, ne sont pas pour calmer les esprits. L’exaspération grandit chez les sans-papiers avec pour corollaires, lesgrèves de la faim qui se multiplient et les manifs qui se poursuivent.

23-05-2008 Alter Échos n° 252

La répression très dure d’une manif de sans-papiers devant l’Office des étrangers ce 29 avril, la mort de Martial, ce jeune Camerounais retrouvé pendu aucentre fermé de Merksplas le 1er mai, ainsi que le contenu de la note de la ministre de la Politique de migration et d’asile, Annemie Turtelboom (Open VLD),révélé par La Libre Belgique ce 21 mai, ne sont pas pour calmer les esprits. L’exaspération grandit chez les sans-papiers avec pour corollaires, lesgrèves de la faim qui se multiplient et les manifs qui se poursuivent.La mobilisation des sans-papiers dure depuis quelques années déjà mais ces dernières semaines auront été plus qu’éprouvantes pour les diverscollectifs et associations qui les représentent ou les soutiennent. Alors que d’aucuns attendaient impatiemment la circulaire de la ministre Turtelboom sur les critères derégularisation, c’est d’abord au suicide de l’un d’entre eux au centre fermé de Merksplas, Folefack Sontsa, dit « Martial », ce 1er maiqu’a dû faire face la communauté des sans-papiers. Nous ne reviendrons pas sur cet épisode dont la presse quotidienne a déjà largement parlé, ni surl’arres...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

catherinem

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)