Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Archives

"Revalorisation de l'emploi des services sociaux indépendants en Wallonie"

26-08-2002 Alter Échos n° 125

Le 13 juin, le gouvernement wallon a décidé de refinancer l’emploi des travailleurs sociaux des cinq services sociaux associatifs indépendants. Les discussions étaienten cours depuis plus d’un an, « une première, mais très importante étape dans la réponse aux revendications du secteur » commente Charles Lejeune, responsablede la FCSS, la Fédération des centres de services sociaux.1
La subvention forfaitaire du salaire annuel des travailleurs (hors PRC) passe donc, à partir du 1er janvier 2002, de 20.916 à 26.029 euros par équivalent temps plein, soit de 60à 80 % du coûts salarial total. Soit une augmentation de l’enveloppe budgétaire de plus de 140.000 euros, puisqu’on parle de 27,5 ETP.
« Cette revalorisation, explique Anne Renard, conseillère du ministre de l’Action sociale et de la Santé Thierry Detienne, est conditionnée à la mise en place d’ungroupe de travail entre les services, le cabinet et l’administration, qui doit redéfinir les missions des services sociaux, par exemple la manière dont ils travaillent en réseauavec les relais sociaux ou dont ils développent des actions d’insertion sociale. » On ne parle pas de décret à l’horizon au cabinet, mais d’aménagements dans lestextes existants.
Autre avancée soulignée par Charles Lejeune, le découplage de ce dossier d’avec celui des services sociaux mutualistes. « C’est une importante victoire symbolique pournous, parce que nous travaillons dans des logiques différentes. » Pour Anne Renard, on parle effectivement de réalités différentes. « Avec les services sociauxdes mutuelles, notre porte d’entrée est la compétence Santé et non l’Action sociale. De plus, les services mutualistes ne s’adressent pas au tout venant, mais aux affiliés», c’est-à-dire à des personnes qui versent une cotisation. Économiquement, leur situation semble aussi moins difficile alors qu’ils sont moins subventionnés par laRégion.
Un audit financier pour objectiver les difficultés n’a été réalisé que pour les services indépendants. « Un tel audit pourrait se faire aussi avec lesmutuelles », précise Anne Renard, laissant entendre que le ministre ne prendra pas seul l’initiative en la matière. Elle ajoute aussi que « La décision dugouvernement pour les services indépendants n’entraînera aucune diminution de ces subsides aux mutuelles. »
1 FCSS, tél. : 02 223 37 74.
2 Cab. : rue des Brigades d’Irlande 4 à 5100 Jambes, tél. : 081 32 34 11, contact : Anne Renard.

Thomas Lemaigre

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)