Alter Échosr
Regard critique · Justice sociale

RésO2.Gaume : penser local, agir global contre les assuétudes

En Gaume, un ensemble de professionnels regroupant des services de différents secteurs se sont associés autour d’une vision commune de la prévention des assuétudes.

17-02-2012 Alter Échos n° 332

Après une dizaine d’années de réflexion, un ensemble de professionnels regroupant des services de différents secteurs se sont associés autour d’une vision commune de la prévention des assuétudes.

Constatant l’existence d’une multitude d’acteurs et autant de discours dans le domaine de la prévention des assuétudes, ODAS (Ouverture à la différence et aux assuétudes sociales) lançait en janvier 2012 « RésO2.Gaume ». « La mise en réseau vise à parler d’une seule voix dès que l’on aborde, chacun dans son secteur et dans sa discipline, la problématique des assuétudes », explique Stéphanie Oth, responsable, avec Marie Saintz, du projet. La convergence est donc le maître mot du projet.

Services de promotion de la santé, d’Aide à la jeunesse, enseignement, action sociale… tous les secteurs concernés, rassemblant une trentaine d’acteurs, sont rassemblés autour d’une même idée de la prévention. « Nous visons à en donner un meilleur visuel », souligne Stéphanie Oth. La mise en réseau des différents secteurs traitant la problématique de manière pluridisciplinaire permet de garantir davantage de cohérence, tant dans les discours que dans les actions menées en matière de prévention.

Réfléchir en amont, agir en aval

Le réseau est avant tout celui de la réflexion d’abord, pour une meilleure action ensuite. Les fruits de la réflexion, noyau dur du projet, menée par ces organisations ont et donneront encore lieu à une gamme d’outils à décliner de différentes manières. « Grâce à l’intervention d’acteurs multisectoriels, le RésO²Gaume peut proposer une réponse globale et mener des interventions sous différentes formes (animation, formation, réflexion, etc.) », décrit Stéphanie Oth. « Les outils mis en place permettent de s’adapter à chaque public et d’intervenir dans chaque contexte », argumente la sociologue. Justement, à qui ces outils sont-ils destinés ?

Dans une visée pédagogique et éducative, RésO2.Gaume s’adresse au milieu scolaire. « Les écoles sont noyées sous les possibilités de traiter de la thématique sans qu’il n’y ait véritablement de cadre proposé », observe Stéphanie Oth. Son action est aussi dirigée vers les acteurs de première ligne. « Nous leur donnons à tous les mêmes outils pour aborder le travail de terrain », explique-t-elle par ailleurs.

Si le service ODAS vise à améliorer la prise en charge de la problématique des drogues et assuétudes à travers d’une part, la concertation et la réflexion et d’autre part, l’accompagnement et l’action, le RésO2.Gaume qui en est issu se limite surtout à l’aspect préventif. Il tend donc à remplir la double mission d’aide et de prévention qu’il s’est fixé. L’aide sur le terrain, davantage de l’ordre du palliatif, est donc envisagée de manière ponctuelle. Son action est dès lors principalement à situer « en seconde ligne », comme le décrit Stéphanie Oth.

Une approche systémique

En ligne de mire, le désir né du besoin de coller à la réalité locale de la Gaume (les communes de Virton, Rouvroy, Tintigny, Etalle, Chiny et Florenville sont concernées par le projet). « Il y a encore de nombreuses représentations et idées reçues négatives sur l’addiction », justifie celle qui entend les combattre. Elle décrit donc une approche « positive et globale » qu’elle n’hésite pas à qualifier de « systémique ». Le contexte, partie intégrante de l’addiction, y occupe une place primordiale qu’il convient de prendre en compte lors des activités.

RésO2.Gaume veut aller « plus loin » dans la réflexion. Au carrefour des secteurs et des disciplines, il campe une voie médiane entre la répression policière et la logique d’anti-prohibition du Centre d’Action Laïque (CAL), tous deux actifs dans ce domaine.

L’approche cadrée qu’offre le RésO2.Gaume n’en est qu’à ses balbutiements. En phase de se faire connaître et reconnaître, ce projet, mû par le désir de concertation et de convergence des secteurs et des disciplines, offre d’intéressantes perspectives en matière de prévention et d’aide.

1. ODAS :
– adresse : rue du Moulin, 15 à 6740 Etalle
– tél. : 063 45 01 26
– courriel : contact@odas-coordination.be
– site : http://www.odas-coordination.be
2.  RésO2.Gaume
– site : http://odas-coordination.blogspot.com

Valentine Van Vyve

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)