Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

A la fin des années 80, l'ASBL «Gestion-logement-Namur» essuyait les plâtres d'une idée simple : fournir un logement décent pour un loyer correct àdes personnes éprouvant des difficultés à accéder au marché locatif privé traditionnel (soit faute de garanties financières suffisantes, soit parnécessité d'un accompagnement pour gérer la prise en charge effective d'un logement).Cette expérience-pilote s'avérant rapidement réussie, la Région wallonne se déclarait prête à agréer plusieurs agences immobilièressociales (AIS) du même type sur l'ensemble du territoire de la Province. Se présentait alors une divergence de vues entre les concepteurs de ces projets, issus généralementdu tissu associatif, et les décideurs politiques. Pour la Région, il convenait que le ministre ayant le logement social dans ses attributions, délègue sesresponsabilités organisationnelles en la matière sur les institutions provinciales. A charge pour celles-ci de découper leurs territoires respectifs en«sous-régions», puis d'y installer des mandataires issus des administrations communales et de leurs CPAS. D'où le risque, éviden...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

Alter Échos

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)