Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Archives

Picqué à Bruxelles : « Je t’aime encore, tu sais … »

Le 14 février dernier, devant la presse, le ministre-président Charles Picqué rappelait sa flamme pour la Région bruxelloise. À mi-législature, le pointsur les instruments mis en place et les perspectives à moyen terme en matière d’aménagement du territoire et de développement urbain. Avec en point de mire, ledestin de capitale et de ville internationale de la Région.

05-03-2007 Alter Échos n° 224

Le 14 février dernier, devant la presse, le ministre-président Charles Picqué rappelait sa flamme pour la Région bruxelloise. À mi-législature, le pointsur les instruments mis en place et les perspectives à moyen terme en matière d’aménagement du territoire et de développement urbain. Avec en point de mire, ledestin de capitale et de ville internationale de la Région.

Avant d’agir, réfléchir

Telle pourrait être l’antienne résumant jusqu’ici l’action du ministre-président1 sous cette législature. Ce qui n’a rien ducomportement amoureux des débuts, traditionnellement tout feu tout flamme, qui fait brûler les étapes (cfr. le quartier du Midi par exemple).

Picqué III rassemble désormais méthodiquement les pièces du puzzle urbanistique avant d’entamer les opérations. C’est ainsi qu’aété créée la Société d’acquisition foncière (SAF), « afin d’acquérir les terrains de la SNCB et de maîtriser le foncier». Un gage de plus grande marge de manœuvre pour faire valoir les besoins à rencontrer face aux promoteurs immobiliers.

Coordonner les actions

Quand le couple a fait ses maladies de jeunesse, qu’il les a surmontées en s’engageant toujours plus avant, les connivences s’étendent. Les temps sont mûrspour s’investir sur plusieurs fronts ; les différents projets se fécondant mutuellement.

Pour passer à l’action, des schémas directeurs ont été ou seront réalisés simultanément sur plusieurs zones afin de dégager dessynergies et d’éviter des logiques concurrentielles entre sites.

Le ministre-président a identifié seize zones stratégiques sur la carte de sa tendre. Sont en cours les schémas directeurs des zones Tour et Taxis, Gare del’Ouest, Delta et Quartier Européen. Celui de la Cité administrative a d’ores et déjà été approuvé par le gouvernement en novembre dernier.Trois nouveaux schémas seront lancés cette année : Erasme, Reyers et Schaerbeek-Formation. Les huit autres zones sont Quartier du Midi, Josaphat, Heysel, Hippodrome de Boitsfort,Place Royale, les Deux Portes (Namur et Louise), l’Hypercentre (rue neuve) et Bempt. Au total, ce sont 1 500 hectares, à urbaniser selon une logique de pôles : de loisir(Hippodrome), commercial (Hypercentre), européen ; ou à considérer comme des réserves foncières.

Tout est dans le regard … et dans le cap

Pour entretenir la flamme, rien de tel qu’un regard aiguisé et bienveillant posé sur l’autre. Outre la SAF et les schémas directeurs, d’autres instrumentssont activés ou créés pour mieux observer les évolutions urbaines et adapter les politiques en conséquence.

Les quartiers commerçants sous contrat (budget 2007 des contrats de quartier commerçants : 3,5 millions €) bénéficieront à partir de cette année deschémas prospectifs. Ceux-ci leur permettront de renforcer leur positionnement et de guider leur développement commercial et résidentiel. Un monitoring des quartiers verra aussile jour cette année afin d’ajuster les objectifs des interventions qui y sont programmées. Enfin, un atlas du patrimoine foncier2 recense désormais tous lesbiens publics en Région bruxelloise. Une vue d’ensemble précieuse pour la mise en œuvre de la stratégie d’aménagement du territoire.

Garder un œil sur l’avenir permet de donner du sens au quotidien. Charles Picqué a annoncé pour cette année l’élaboration d’un Pland’internationalisation de Bruxelles. En la dotant de ce véritable « plan d’investissement d’envergure », l’ambition est d’en favoriser la croissanceéconomique.

Ne pas perdre le Nord

Les vieux amants qui restent complices sont comme cela : l’affection occupe tout l’espace, plus question de « perdre la tête ». Mais une folie de temps en temps lesrevigore et suscite l’envie autour d’eux.

La première moitié de cette législature a donc été mise à profit pour savoir où implanter en priorité un nouveau centre commerciald’ampleur régionale. L’établissement du Schéma de développement commercial a permis de déterminer que le Nord de la Région était le plusmal loti en la matière. En conséquence, c’est là que devront avoir lieu en priorité les investissements, privés comme publics, a expliqué en substancele ministre-président. Et pour garder le cap, tout projet de grande structure commerciale, pour aboutir, devra respecter le maillage commercial déjà existant et attirer leconsommateur au-delà des limites de la Région.

S’écrire pour mieux (se) connaître

Pour ne rien perdre des bons moments – surtout des bons moments – certains amoureux transis consignent leurs souvenirs, états d’âme et autres poèmes dans un journalintime. À l’occasion, certains le rendent public, partageurs qu’ils sont de leurs plaisirs d’amour.

Charles Picqué a profité de ce 14 février pour (s’)offrir la nouvelle revue « Bru – Planning a capital »3. Fruit de la collaboration entrel’administration de l’Aménagement du territoire et du Logement de la Région bruxelloise et le Civa (Centre international pour la ville, l’architecture et le paysage),elle est consacrée aux enjeux urbains susceptibles d’éclairer le développement de Bruxelles. Conçu pour accueillir de multiples points de vue, y compris de lasociété civile, ce quadrimestriel se veut transparent et varié. En outre, la revue est trilingue (français, anglais, néerlandais). Rien de tel que les langues pours’aimer !

1. Cabinet du Ministre-Président ( www.charlespicque.be ), rue Ducale 9 à 1000 Bruxelles – tél. :02/506.32.11 – courriel : info@picque.irisnet.be.
2. www.irisfoncier.irisnet.be.
3. Disponible au Centre international pour la ville, l’architecture et le paysage, Civa ( www.civa.be ) rue de l’Ermitage,55 à 1050 Bruxelles – tél. : 02 642 24 71 – courriel : librairie@civa.be – Prix : 10 euros le numéro, 25 eurosl’abonnement annuel.

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)