Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Secteurs (autres)

Nuit debout : les limites d’un mouvement citoyen

Le 6 avril dernier, après Paris, les Nuits debout bruxelloises se mettaient en branle, rassemblant environ 200 personnes. Symbole d’une perte de confiance totale dans la démocratie traditionnelle, ce mouvement contestataire sera-t-il un jour plus qu’un lieu d’apaisement des frustrations citoyennes?

Le 6 avril dernier, après Paris, les Nuits debout bruxelloises se mettaient en branle, rassemblant environ 200 personnes. Symbole d’une perte de confiance totale dans la démocratie traditionnelle, ce mouvement contestataire sera-t-il un jour plus qu’un lieu d’apaisement des frustrations citoyennes?C’est par une soirée d’avril plutôt calme qu’a commencé la troisième semaine des Nuits debout à Bruxelles. Aux alentours de 20 heures, une trentaine de personnes sont dispersées sur les marches du mont des Arts tandis qu’un groupe de jeunes rappeurs profite du rassemblement pour improviser une petite session. L’ambiance est bonne malgré le vent glaçant. Certains fument des clopes ou des joints, on boit du café et des bières, emmitouflés dans de gros pulls en laine: «On se les gèle», souffle un jeune homme dans ses gants.  Après plusieurs minutes, l’assemblée générale ne débute toujours pas, c’est maintenant des danseurs qui ont pris la place des rappeurs: «Allez, on réchauffe l’atmosphère.» En attendant le signal de départ, ça discute sur les marches, de tout, de rien, mais aussi du mouvement Nuit debout: «Je pense qu’il faut qu’on se mette en phase avec des luttes locales à défendre et qu’on décide concrètement ce qu’on peut faire pour les aider. Sinon le mouvement va perdre en force.» Après une dernière danse pour la route, un médiateur prend la parole pour lancer le débat. Aujourd’...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

Aller plus loin

Le 6 avril dernier, après Paris, les Nuits debout bruxelloises se mettaient en branle, rassemblant environ 200 personnes. Symbole d’une perte de confiance totale dans la démocratie traditionnelle, ce mouvement contestataire sera-t-il un jour plus qu’un lieu d’apaisement des frustrations citoyennes?C’est par une soirée d’avril plutôt calme qu’a commencé la troisième semaine des Nuits debout à Bruxelles. Aux alentours de 20 heures, une trentaine de personnes sont dispersées sur les marches du mont des Arts tandis qu’un groupe de jeunes rappeurs profite du rassemblement pour improviser une petite session. L’ambiance est bonne malgré le vent glaçant. Certains fument des clopes ou des joints, on boit du café et des bières, emmitouflés dans de gros pulls en laine: «On se les gèle», souffle un jeune homme dans ses gants.  Après plusieurs minutes, l’assemblée générale ne débute toujours pas, c’est maintenant des danseurs qui ont pris la place des rappeurs: «Allez, on réchauffe l’atmosphère.» En attendant le signal de départ, ça discute sur les marches, de tout, de rien, mais aussi du mouvement Nuit debout: «Je pense qu’il faut qu’on se mette en phase avec des luttes locales à défendre et qu’on décide concrètement ce qu’on peut faire pour les aider. Sinon le mouvement va perdre en force.» Après une dernière danse pour la route, un médiateur prend la parole pour lancer le débat. Aujourd’...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

Marie Jauquet

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)