Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Nouveau modèle pour les espaces publics bruxellois

De beaux mots permettent souvent de cacher d’horribles projets d’aménagement des espaces publics.

25-06-2011 Alter Échos n° 318

De beaux mots permettent souvent de cacher d’horribles projets d’aménagement des espaces publics. Au milieu du 20e siècle, la Grand-Place de Bruxelles esttoujours un énorme parking à ciel ouvert (elle le restera jusqu’au début des années '90) et le mégaprojet de l’époque est d’en faire le« carrefour de l’Occident », de faire de la capitale un nœud autoroutier et ferroviaire sans se soucier de l’enfer que cela pouvait occasionner pour ses habitants.Dans la dernière livraison de la revue scientifique électronique Brussels Studies1, l’architecte-urbaniste Benoît Moritz2 se penche surl’histoire contemporaine de l’aménagement des espaces publics à Bruxelles (voir son interview vidéo en ligne). Il explique comment on estpassé en une vingtaine d’années d’un modèle national purement minimaliste et utilitariste de l’aménagement du territoire à un processusrégional participatif, architecturalement plus ambitieux. Le point pivot de sa réflexion est 1989, date de la création de la Région de Bruxelles-Capitale. Car« depuis 1989, c’est la Région bruxelloise et non plus l’Etat qui a la maîtrise des princip...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

Mehmet Koksal

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)