Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

IVG

MR et CD&V à couteaux tirés au sujet de l’avortement

L’avortement en Belgique est-il en danger? Un projet de loi du CD&V concernant les «enfants nés sans vie», potentiellement dangereux, vient d’être recalé par le MR. Mais un autre texte, voté récemment, pourrait aussi constituer un problème. Deux dossiers qui inquiètent en tout cas grandement les «pro-choix». Et sèment la zizanie entre le CD&V et le MR.

© Flickrcc Emmanuelle Bourgue

L’avortement en Belgique est-il en danger? Un projet de loi du CD&V concernant les «enfants nés sans vie», potentiellement dangereux, vient d’être recalé par le MR. Mais un autre texte concernant la reconnaissance prénatale d’un enfant, voté récemment, pourrait aussi constituer un problème. Deux dossiers qui inquiètent en tout cas grandement les «pro-choix». Et sèment la zizanie entre le CD&V et le MR.

Quand ’y en a plus, ’y en a encore. Voilà quelques mois, tout ce que la Belgique compte comme militants «pro-choix» s’inquiétait. Une proposition de loi concernant les «enfants nés sans vie», portée par le CD&V, risquait selon eux de remettre en cause le droit à l’avortement. Si ce texte paraît aujourd’hui bel et bien enterré, une autre loi adoptée le 9 février dernier par le Parlement – et qui concerne la reconnaissance prénatale d’un enfant par un parent non marié – pourrait elle aussi mettre en danger le recours à l’IVG. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard. Les deux textes sont liés. Et au-dessus d’eux plane l’ombre d’une parlementaire CD&V, Sonja Becq.
«Le CD&V persiste à vouloir fragiliser le recours à l’avortement.» Denis Ducarme, chef de file MR à la Chambre
L’élue néerlandophone a tout d’abord lancé une première salve en portant à bout de bras un texte concernant les «enfants nés sans vie». Aujourd’hui, un enfant mort-né à partir de 180 jours de gro...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

En savoir plus

L’avortement en Belgique est-il en danger? Un projet de loi du CD&V concernant les «enfants nés sans vie», potentiellement dangereux, vient d’être recalé par le MR. Mais un autre texte concernant la reconnaissance prénatale d’un enfant, voté récemment, pourrait aussi constituer un problème. Deux dossiers qui inquiètent en tout cas grandement les «pro-choix». Et sèment la zizanie entre le CD&V et le MR.

Quand ’y en a plus, ’y en a encore. Voilà quelques mois, tout ce que la Belgique compte comme militants «pro-choix» s’inquiétait. Une proposition de loi concernant les «enfants nés sans vie», portée par le CD&V, risquait selon eux de remettre en cause le droit à l’avortement. Si ce texte paraît aujourd’hui bel et bien enterré, une autre loi adoptée le 9 février dernier par le Parlement – et qui concerne la reconnaissance prénatale d’un enfant par un parent non marié – pourrait elle aussi mettre en danger le recours à l’IVG. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard. Les deux textes sont liés. Et au-dessus d’eux plane l’ombre d’une parlementaire CD&V, Sonja Becq.
«Le CD&V persiste à vouloir fragiliser le recours à l’avortement.» Denis Ducarme, chef de file MR à la Chambre
L’élue néerlandophone a tout d’abord lancé une première salve en portant à bout de bras un texte concernant les «enfants nés sans vie». Aujourd’hui, un enfant mort-né à partir de 180 jours de gro...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

Julien Winkel

Julien Winkel

Journaliste (emploi et formation)

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)