Partager par e-mail Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur LinkedIn Partager sur Google+ Impression

Mineurs dessaisis à Saint-Hubert : encore pire qu’en prison !

Alter Échos n° 330 20 janvier 2012 Cédric Vallet

Une agression à coups de fourchette. C’est ce qu’ont affronté, à la fin du mois de décembre, des gardiens de la section pour mineurs « dessaisis » du centre fédéral fermé de Saint-Hubert. Une grève du personnel a suivi.

Le Délégué général aux droits de l’enfant a rapidement rebondi sur ce fait grave pour mettre en lumière les conditions de détention particulièrement difficiles que doivent supporter les mineurs enfermés. Il désigne plus particulièrement le régime de sanctions disciplinaires en vigueur dans ce centre comme l’un des facteurs pouvant être à l’origine de tels actes extrêmes.

Rappelons que la section pour mineurs dessaisis (mineurs entre 16 et 18 ans qui ont été ou qui seront jugés comme des adultes) a été ouverte en juin 2010 afin de pallier les nombreuses critiques qui dénonçaient l’enfermement de mineurs dans des prisons pour adultes.

Et c’est là que le bât blesse. Car pour le Délégué général aux droits de l’enfant, le centre de Saint-Hubert se montre encore plus sévère que certaines prisons pour adultes. Suppression d’activités, régime strict de détention, voire isolement, y sont monnaie courante. L’étude comparative qu’il propose montre qu’il y a « 15 fois plus de sanctions prises dans la section des dessaisis de Saint-Hubert qu’à la prison de Forest ». Bernard De Vos rappelle au passage son opposition de principe à l’enfermement des mineurs et de surcroît à la procédure de dessaisissement qui « contrevient à la Convention internationale des droits de l’enfant ».  

La critique du régime de sanction particulièrement dur de la section pour mineurs dessaisis du centre de Saint-Hubert s’ajoute à d’autres éléments problématiques. Le Délégué rappelle que, vu l’éloignement du centre, il est très difficile pour les mineurs détenus d’avoir des contacts avec leur famille ou avec leur avocat. De plus, les gardiens n’ont reçu aucune formation en lien avec la jeunesse. Enfin, cette section n’est pas dotée d’un projet pédagogique.

Afin d’assurer aux jeunes détenus un peu plus de sécurité juridique, Bernard De Vos propose qu’un « contrôle externe des sanctions » soit mis en place ainsi qu’un « droit de recours ». Enfin, il suggère que le règlement d’ordre intérieur « intègre différents éléments qui permettent d’assurer le respect des droits des jeunes détenus. »

Pssssttt, cher.chère visiteur.euse du site d’Alter Échos !!!

Sache que ta présence sur notre site nous réjouit. Sache aussi que nous sommes heureux que vous soyez si nombreux.ses à nous suivre sur le web. Nous avons choisi de mettre en accès libre une grande partie de nos articles … pour le partage & pour répondre à notre mission d’éducation permanente. Mais produire une information de fond & de qualité implique un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous à nos revues !

A propos de l'auteur

Cédric Vallet

Cédric nous vient tout droit du Sud… de la France, de Montpellier précisément. D’ailleurs, s’il ne devait pas travailler, il passerait son temps à jouer à la pétanque. Avec son collègue Julien Winkel, il forme le « pôle excellence » de la rédaction d’Alter Échos. Ce qui explique que son héros, c’est ledit Julien Winkel, dans ses grands jours. Doté d’un sens de l’humour bien aiguisé dont il fait souvent montre dans ses papiers, Cédric nous définit le social comme un bolo au Verschueren ; « ça n’existe plus mais c’était « social ». Il pratique le journalisme pour contredire tout le monde, tout le temps, à commencer par lui-même. cedric [dot] vallet [at] alter [dot] be

A la Une