Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Social

Migrants : le commissaire aux Droits de l’homme se fâche

Un énième naufrage en méditerranée. Nils Mužnieks, le commissaire aux droits de l’homme du Conseil de l’Europe dénonce avec force l’attitude de l’Europe et son manque de solidarité.

02-10-2014
Camp de réfugiés en Grèce © Sara Prestianni

Un énième naufrage en méditerranée. Nils Mužnieks, le commissaire aux Droits de l’homme du Conseil de l’Europe, dénonce avec force l’attitude de l’Europe et son manque de solidarité.

Nils Mužnieks, le commissaire aux Droits de l’homme du Conseil de l’Europe, s’est exprimé sans détour au sujet des migrants morts en Méditerranée.

Les 700 décès en mer, mi-septembre, l’ont quelque peu ébranlé. Il faut bien dire qu’un an avant, non loin de Lampedusa, 366 migrants avaient déjà péri en tentant la traversée vers l’Europe.

Et bien sûr, il y a tous les autres. Ceux qui décèdent par petits groupes et dont on ne parle pas. L’Organisation internationale pour les migrations estime à 3.000 le nombre de migrants morts cette année, dans les eaux du sud de l’Europe. La sortie médiatique du commissaire aux Droits de l’homme est l’expression d’une désillusion. Car Nils Mužnieks avait espéré, après le naufrage de Lampedusa, il y a un an, que cet évènement réveillerait les esprits européens.

Mais tel n’a pas été le cas, regrette-t-il, à part peut-être en Italie, lorsque le gouvernement lança l’opération Mare Nostrum dont l’unique objectif était de sauver les migrants en mer. Une opération qui ne sera pas reconduite.

Pour Nils Mužnieks, derrière « l’unité de façade » des dirigeants européens, les États membres ne montrent pas d’engagement réel pour « partager les responsabilités » et se montrer solidaires.

L’exemple de la Bulgarie est à cet égard éloquent. Ce pays a accueilli en 2013 cinq fois plus de demandeurs d’asile que les années précédentes, alors même que les autorités de Sofia ne s’y étaient pas préparées. Mais du côté de ses « partenaires » européens, c’était « business as usual », pour citer le commissaire, qui dénonce au passage le règlement injuste de Dublin. Car les États européens, en application de ce règlement, ont continué à renvoyer vers la Bulgarie, dont le réseau d’accueil était pourtant saturé, les demandeurs d’asile qui avaient traversé ce pays.

Autre exemple : la Turquie. Celle-ci fait partie des 47 États membres du conseil de l’Europe. Elle accueille à elle seule 10 fois plus de réfugiés syriens que les 46 autres États du Conseil de l’Europe.

Bref, on l’aura compris, le commissaire aux Droits de l’homme du Conseil de l’Europe joint sa voix à ceux qui demandent davantage de « solidarité » et réclame, à tout le moins, que l’on facilite l’entrée de ceux qui demandent protection.

Reste à voir ce que ce type de demandes pourra donner concrètement. Hier, le nouveau commissaire européen en charge des migrations, Dimitris Avramopoulos, lors de son « grand oral » au Parlement européen, lançait quelques idées, insistant sur la nécessaire « solidarité ». Il n’excluait pas une nouvelle évaluation du règlement Dublin et demandait une politique d’immigration intégrée. Il proposait enfin que les délégations de l’Union européenne à l’étranger puissent recevoir des demandes d’asile. Reste à voir ce qu’en pensent les États. Pour l’instant ces derniers insistent davantage sur le renforcement de l’agence de contrôle aux frontières extérieures.

Quoi qu’il en soit, le plus urgent, pour Nils Mužnieks, est de ne pas céder aux sirènes du populisme et de la xénophobie. Il regrette la dynamique de croissance des partis populistes en Europe qui jouent sur les peurs de l’immigré et exhorte les responsables politiques traditionnels de ne pas tomber dans leur panneau.

 

 

En savoir plus

Lire aussi l’interview de François Crépeau, rapporteur spécial des Nations Unies sur les droits de l’Homme des migrants du 15.03.2013 : « C’est naufrage ne sont pas une fatalité » (réservé aux abonnés)

Cédric Vallet

Cédric Vallet

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)