Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur
La Loterie nationale, une course effrénée au profit ?

Le jeu a ses enjeux que les joueurs ignorent. Et ces enjeux sont financiers. La Loterie nationale a drainé plus de 1,1 milliard de chiffre d’affaires en 2016. Une partie de ces recettes bénéficie à l’État belge. Dans un contexte concurrentiel de plus en plus intense, l’entreprise publique est tiraillée entre un impératif de développement, via la publicité, et sa mission officielle de «canalisation» du jeu.
«Devenez scandaleusement riche!» L’invitation publicitaire de la Loterie nationale n’était pas passée inaperçue. Et ça marche! On compte près de 7 millions de joueurs en Belgique. L’offre de la loterie est désormais variée: jeux de tirage, jeux de grattage, jeux en ligne. L’entreprise publique organise même du pari sportif. La Loterie nationale est populaire et génère beaucoup l’argent. 1,183 milliard de chiffre d’affaires en 2016.
Un peu plus de la moitié de cette manne (54%) est reversée aux joueurs sous forme de gains. À côté, 320 millions d’euros sont transférés «à la société» (27% des recettes). D’une part, 185 millions sont alloués sous forme de subsides à des associations via l’État fédéral, les Communautés ou les Régions.
Et, d’autre part, 135 millions d’euros viennent grossir les caisses de l’État. C’est ce qu’on appelle la «rente de monopole». En gros, cet argent est versé en contrepartie d’une position monopolistique sur le marché des jeux de loterie, sous form...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

En savoir plus

Le jeu a ses enjeux que les joueurs ignorent. Et ces enjeux sont financiers. La Loterie nationale a drainé plus de 1,1 milliard de chiffre d’affaires en 2016. Une partie de ces recettes bénéficie à l’État belge. Dans un contexte concurrentiel de plus en plus intense, l’entreprise publique est tiraillée entre un impératif de développement, via la publicité, et sa mission officielle de «canalisation» du jeu.
«Devenez scandaleusement riche!» L’invitation publicitaire de la Loterie nationale n’était pas passée inaperçue. Et ça marche! On compte près de 7 millions de joueurs en Belgique. L’offre de la loterie est désormais variée: jeux de tirage, jeux de grattage, jeux en ligne. L’entreprise publique organise même du pari sportif. La Loterie nationale est populaire et génère beaucoup l’argent. 1,183 milliard de chiffre d’affaires en 2016.
Un peu plus de la moitié de cette manne (54%) est reversée aux joueurs sous forme de gains. À côté, 320 millions d’euros sont transférés «à la société» (27% des recettes). D’une part, 185 millions sont alloués sous forme de subsides à des associations via l’État fédéral, les Communautés ou les Régions.
Et, d’autre part, 135 millions d’euros viennent grossir les caisses de l’État. C’est ce qu’on appelle la «rente de monopole». En gros, cet argent est versé en contrepartie d’une position monopolistique sur le marché des jeux de loterie, sous form...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

Cédric Vallet

Cédric Vallet

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)