Partager par e-mail Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur LinkedIn Partager sur Pinterest Impression
Emploi/formation
CC Guy Mayer/Flickr

Les titres-services font parler d’eux

23 octobre 2015 Julien Winkel

On ne parle plus que des titres-services – régionalisés, rappelons-le – à Bruxelles comme en Wallonie. La question étant de savoir comment les Régions pourront maintenir un système qui coûte cher sans venir serrer l’un ou l’autre boulon. En Wallonie, on avait déjà tranché il y a quelques temps en faisant passer la déduction fiscale de 30 % à 10 %. À Bruxelles, le gouvernement a aussi passé le cap il y a quelques jours : on jouera également sur la déduction fiscale, qui chutera de 30 à 15 %. Notons qu’en Wallonie, un rapport de PriceWaterhouseCooper concernant la viabilité du système dans le sud du pays a été présenté à la Commission de l’emploi et de la formation du parlement le 29 septembre 2015.

Alter Échos a consacré bon nombre d’articles aux titres-services depuis plus d’un an. Et nous y reviendrons bientôt.

Pour en savoir plus :

Alter Échos n°398 du 1er mars 2015 : Titres-services : l’heure des choix

Alter Échos n°387-388 du 8 septembre 2014 : Quel financement pour les titres-services régionalisés ?

Alter Échos n°386 du 14 juillet 2014 : Les titres-services à la croisée des chemins

Alter Échos n°360 du 21 mai 2013 : Régionaliser les titres-services ? l’économie sociale se manifeste

A propos de l'auteur(e)

Julien Winkel

Dans ses rêves d’enfance, Julien se voyait astronaute. À tel point qu’il imaginait qu’une fusée l’attendrait à la sortie de l’école pour l’emporter dans les étoiles, loin de ce monde de brutes. Lorsqu’on l’interroge sur ses héros, Julien affiche une belle cohérence puisqu’il cite Ian Solo et Marty Mac Fly. Pourtant, quelques années plus tard, c’est avec un diplôme de journaliste et un master européen en étude du spectacle vivant qu’il se retrouve. En tandem avec Cédric Vallet, Julien forme ainsi le pôle excellence de la rédaction. Il entretient en parallèle une passion extrême pour la musique : « surtout la musique noire américaine des 50’/60’s/70’s : soul, blues, funk. Il y a tellement d’émotion, de beauté, de drames, de rêves de rédemption et de vie dans cette musique qu’elle permet de ne pas finir racorni par les aléas de la vie et de ne pas totalement désespérer de l’espèce humaine. » Une envolée lyrique digne de la plume qu’il manie au service d’une « information jugée plus importante que jamais bien que vraiment galvaudée en de trop nombreuses occasions ». julien [dot] winkel [at] alter [dot] be

A la Une