Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Archives

"Les TIC dans l'offre de formation : on est encore loin du compte…"

18-02-2002 Alter Échos n° 114

En partenariat avec Bruxelles-Formation, le Centre de formation 2001 a effectué une recherche-action sur l’introduction des technologies de l’information et de la communication (TIC)dans l’offre de formation. Plus précisément, il s’agissait d’analyser les conditions d’introduction d’outils liés aux TIC tels que les didacticiels dans le secteur de lapédagogie propre à l’insertion socioprofessionnelle (ISP) en Région de Bruxelles-capitale. Le rapport de cette recherche finalisée en juin 2001 vient de sortir.
Réalisé auprès de deux plates-formes : Lire et Écrire (collectif d’organismes de formation et d’ISP actifs en alphabétisation) et Brutec (qui regroupe diversesassociations d’ISP proposant des formations professionnelles qualifiantes liées aux technologies de l’information et de la communication), le travail s’articule autour de deux axes :
> l’étude des difficultés d’introduction des didacticiels en formation ;
> des propositions de pistes d’action favorisant l’introduction la diffusion et l’usage des didacticiels en formation au niveau local et régional.
Avides d’apprendre
Première observation : la plupart des opérateurs de formation en alphabétisation ne disposaient pas des ressources adaptées à l’enseignement multimedias (manque dematériel informatique, de locaux libres, de formateurs compétents techniquement, d’information) ni souvent d’expérience d’utilisation de didacticiels. Deuxième observation : si beaucoup de formateurs et d’apprenants sont intéressés par les apports du multimedia de formation, d’autres sont méfiants. Ils évoquent entre autres :l’idéologie du tout à l’informatique, la crainte d’une pensée pédagogique unique, les coûts liés à l’infrastructure alors qu’un financement de l’ISPserait plus judicieux à leurs yeux, l’aspect gadget, etc. Mis à part ces quelques remarques, selon le rapport, il est clair que les outils multimédias expérimentésrencontrent une demande forte, particulièrement chez le public en formation de base. De différentes manières, ils valorisent la situation d’apprentissage. Cependant, une mise encommun des outils spécifiques et de leur évaluation reste à faire.
Autre observation : “Il est frappant de constater, dit le rapport, la volonté de découverte de nouveaux outils chez la très grande majorité des opérateurs. Lademande constante en formation de formateurs et équipements touche des opérateurs qui, il y a peu, se sentaient éloignés de ce type de pratique.” Il existe ainsi deuxniveaux d’introduction aux TIC :
> les opérateurs de formations qualifiantes dans les secteurs professionnels liés aux TIC
> les opérateurs ISP désirant intégrer les technologies de la formation dans leurs pratiques pédagogiques (qualifiantes ou non) quotidiennes.
Mais peu d’équipements…
Autre demande récurrente : l’équipement et la formation des opérateurs. “Il est clair que l’insuffisance de matériel pédagogique informatique dans les formationsnon qualifiantes est une difficulté. L’expérimentation dans le cadre de centres de ressources partagées (équipement accessible par plusieurs opérateurs) est unesolution qui permettrait de maximiser les investissements et de répondre aux besoins de maintenance du matériel.” Il reste que le secteur manque cruellement, comme l’enseignement, deprofils mi-techniques, mi-pédagogiques, à différents niveaux. Outre le besoin en équipements et en formations, le rapport fait clairement ressortir lanécessité d’une instance d’analyse (observatoire) et de régulation régionale des actions autour des TIC. C’est une pratique déjà courante dans d’autres pays.Un lien avec un tel travail, la coordination de moyens et des actions dans le secteur de l’ISP serait, selon le CF 2 M, un facteur de développement local important.
La recherche-action n’en restera toutefois pas là, en mars prochain une nouvelle convention avec Bruxelles-Formation devrait permettre au CF 2 M de continuer et d’approfondir la formation desformateurs à l’utilisation des didacticiels. “Nous allons pratiquer une expérimentation directe de ces outils de formation dans le cadre de l’ISP avec un groupe de Lire et Ecrire qu’onsuivra de mars 2002 à février 2003, explique José Mateos de CF 2 M. Nous comptons également créer prochainement un portail Internet qui reprendrait les outilsdidacticiels dans le domaine de l’ISP, une sorte de vade-mecum ou de répertoire mais avec en sus une évaluation de ceux-ci.”
1 CF 2 M, rue Berthelot, 114-116 à 1190 Bruxelles, tél. : 02 539 03 60, fax : 02 538 65 00. Site : http://www.cf2000.be, courriel : cf2000@win.be,contact : José Mateos.

catherinem

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)