Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Archives

"Les premiers pas du Fonds social socioculturel et sportif"

02-07-2001 Alter Échos n° 101

Depuis 1994, un an après la création de sa commission paritaire (n° 329), le secteur socioculturel et sportif verse 0,01 % de sa masse salariale dans un fonds social qui doitsoutenir les initiatives en faveur des « groupes à risques ». Depuis le mois d’avril, ce fonds social a engagé une permanente et préparé sa premièreaction1.
Il lance ce mois de juin un appel à projets qui vise le soutien de l’emploi des travailleurs en difficultés, qu’ils soient actifs ou demandeurs d’emploi. Puisqu’il s’agit vraiment deses premiers pas, le Fonds propose une démarche assez ouverte qui aura aussi pour but de commencer à identifier ses futures priorités d’intervention et leurs publicsprioritaires.
Les projets peuvent émaner d’une organisation ou de plusieurs qui se réunissent, ou d’un secteur, etc. Ils ne doivent pas se limiter à de la formation au sens strict, et s’ilsrelèvent de la formation, ils ne peuvent pas se substituer à la formation perm-nente que chaque employeur doit développer.
On parle donc de projets
> qui répondent à une pénurie de main-d’œuvre ou à une difficulté de recrutement,
> à des « problèmes précis de fragilisation » (usure professionnelle, aménagement des fins de carrière, pénibilité, inadéquation,évolution des métiers, de l’environnement de travail, des classifications de fonctions),
> qui permettent un meilleur ancrage dans l’emploi (mobilité, prévention, etc.).
Quelques exemples : l’appropriation de nouvelles technologies par le personnel d’un centre de documentation, la réaffectation de chauffeurs âgés de bibliobus, lapréparation d’un plan de mobilité commun à plusieurs services dans une même ville, etc.
Les projets s’étaleront sur 10 mois entre le 15 septembre 2001 (date de dépôt des candidatures) et le 30 juin 2002. Le budget de l’action pilote est de 6 millions, ce qui devraitpermettre de retenir plus d’une dizaine de demandes. Parmi les critères de sélection du projet : la nécessité, la cohérence par rapport àl’expérimentation, la qualité de l’évaluation projetée, l’implication des acteurs concernés.
Un travail d’étude sera mené en parallèle qui tiendra compte aussi des tout prochains rapports finaux des projets APIC (contrats Maribel social d’un an développéspar la CP 329).
1 FSCS, Paulette Gerbehaye, c/o Afosoc, quai du Commerce 48 à 1000 Bruxelles, tél. : 02 250 37 87, fax : 02 227 59 79, e-mail : pgerbehaye@afosoc-vesofo.org
La CP n°329 recouvre une grande variété d’organisations : centres culturels, asbl d’insertion, EFT, services d’éducation permanente, bibliothèques et centres dedocumentation/d’information, les ONG de développement, les associations œuvrant au développement communautaire, etc. (v. nouvel AR publié au Moniteur belge du 13décembre 2000). Les employeurs qui en relèvent sont inscrits à l’ONSS sous l’indice n°362.

Thomas Lemaigre

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)