Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Les noyaux d’habitat : une solution d’avenir pour la Wallonie ?

A l’horizon 2050, plus d’un million de personnes supplémentaires devront trouver un logement en Wallonie. Les noyaux d’habitat pourraient constituer l’une desréponses à ce boom démographique.

25-09-2011 Alter Échos n° 323

A l’horizon 2050, plus d’un million de personnes supplémentaires devront trouver un logement en Wallonie. Les noyaux d’habitat pourraient constituer l’une desréponses à ce boom démographique.

Selon les derniers chiffres du Bureau du plan, la population wallonne augmentera de plus d’un million d’unités à l’horizon 2050. Ces citoyens devrontévidemment être logés. Pour anticiper cette croissance démographique, le gouvernement wallon veut doter la Région et les communes d’un outil de gestion :les noyaux d’habitat. Début septembre, l’Exécutif wallon s’est accordé sur leur définition.

Ce nouvel outil permettra de déterminer, dans chaque commune de Wallonie, les zones présentant les meilleurs atouts pour accueillir le développement de l’habitat et doncde l’urbanisation des territoires. Ces atouts sont nombreux  : diminution de l’étalement urbain, préservation de la ruralité, cadre de vie agréable pourchaque citoyen, proximité des services publics, accès aisé aux transports en commun, diminution des déplacements, économie d’énergie, limitation de lamultiplication des infrastructures publiques, augmentation des commerces de proximité, renforcement de la cohésion sociale, etc.

Les communes, concernées au premier chef

Concernées au premier plan par la démarche, les communes seront appelées à identifier les zones les plus propices à devenir des noyaux d’habitat sur leurterritoire. Comment  ? « Sur la base de plusieurs critères qualitatifs et objectifs définis », indique le communiqué de presse du gouvernement wallon.Là où le bât blesse, c’est qu’en la matière, on navigue encore en eaux troubles. Thibault Ceder est conseiller responsable à l’Union des villes et communes deWallonie (UVCW), cellule logement et aménagement du territoire. Il émet des réserves en ce sens  : « Grâce à un programme informatique, le lieu decentralité de chaque commune sera comparé à des noyaux d’habitat types. Même si l’UVCW salue cette initiative, nous nous demandons comment cette théoriedes noyaux d’habitat types sera confrontée aux intentions réelles des communes. Il faut que leur avis puisse être vraiment pris en considération. De nombreusesinterrogations subsistent sur la mise en œuvre de cette initiative régionale. »

Parmi les sujets d’interrogation figure aussi la question des périmètres des noyaux  : comment va-t-on les définir  ? « Ceci n’est pasexpliqué dans la circulaire que nous avons reçue du ministre », constate Thibault Ceder. Apparemment, le gouvernement régional proposera des périmètresaux communes, que celles-ci pourront modifier en fonction de leurs spécificités. Mais on ne sait pas encore précisément sur base de quels critères. »

La consultation des communes devrait également pouvoir bénéficier d’une période suffisante. Thibault Ceder  : « Nous espérons que lescommunes répondront positivement à la demande du gouvernement et que les délais pour répondre seront suffisamment longs pour leur permettre de réaliser une analyseadéquate de leur territoire. Certaines communes ont déjà fait cette analyse, qui s’est concrétisée par un schéma de structure communal ou quelque chosede similaire, elles savent déjà où sont leurs lieux centraux et leurs lieux secondaires et, en conséquence, elles pourront aisément répondre à lademande du gouvernement wallon. Cependant, 80  % des communes n’ont pas de schéma de structure, elles vont donc devoir sérieusement réfléchir à laquestion. Même si elles ont une idée de ce qu’est le pôle central de leur territoire, il n’est pas dit que celle-ci rencontre les critères du gouvernementrégional. »

On l’aura compris  : pour que le projet des noyaux d’habitat fonctionne de manière optimale, il devra se faire dans le respect des politiques communales et ne devra pasêtre imposé. « D’une part, il faudra trouver une balance entre les objectifs régionaux et les objectifs communaux. D’autre part, la définition desnoyaux d’habitat devra pouvoir être modulée en fonction de la situation propre à chaque commune. Il existe, par exemple, des différences significatives entre communesrurales et communes urbaines, ne fût-ce qu’en termes de transports en commun récurrents », conclut Thibault Ceder.

Dernière minute

Dans un communiqué du 22 septembre, le gouvernement wallon annonce que « les ministres Jean-Marc Nollet et Philippe Henry ont demandé aux Collèges communauxd’identifier les lieux de centralité de leur commune, sur avis de leur CCATM (Commission consultative communale d’aménagement du territoire et de la mobilité). » Lescommunes doivent transmettre leurs réponses d’ici le 23 novembre 2011. Une note explicative de la démarche et la fiche à compléter par les Collèges communauxsont téléchargeables sur le site :
http://henry.wallonie.be/noyaux-habitat

pvl4alter

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)