Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Les Kangourous à Tubize aident à la parentalité

Les ateliers Kangourous à Tubize donnent des coups de main aux jeunes parents.

22-02-2011 Alter Échos n° 310

Trois services de Tubize se sont unis pour proposer aux parents un service de « soutien et de coaching parental ». Une initiative originale pour des parentsdéboussolés.

« Nous sommes des parents formidables… car nos enfants n’en ont pas d’autres. » C’est avec cette citation de Jean Epstein, psychosociologue renommé, que l’on tentede déculpabiliser les parents aux ateliers « Kangourous » à Tubize. Ces ateliers, organisés par La Fabrique de soi1 – une école dedevoirs et un espace de créativité et d’écoute –, le centre de Guidance provincial et le Centre pluraliste familial, proposent aux parents soutien et« coaching ». Derrière le terme à la mode, il s’agit surtout d’ouvrir aux parents des groupes de parole et d’échange. On y parle d’éducation et desdifficultés que cela peut représenter au quotidien, avec l’idée de trouver des solutions pratiques et parfois plus profondes.

Le Kangourou. On ne débusque pas facilement l’animal aux alentours de Tubize. Mais il symbolise l’ambivalence que peut représenter le rôle de parent  : « Unkangourou garde longtemps son bébé dans la poche ventrale. C’est là qu’il grandit et se développe mais c’est vite encombrant et assez inconfortable lorsqu’il bouge sanscesse », peut-on lire dans la brochure de l’association. Ces ateliers existent depuis deux ans, ils ont lieu une fois par mois et durent deux heures. Ils s’adressent à tous lesparents ou grands- parents qui le souhaitent, sans aucune distinction. La seule condition est d’être prêt à échanger sur des thèmes du type  :« Créer et développer le lien avec son enfant. A partir de quand et comment  ? », « aimer ou punir, faut-il choisir  ? ». Desthèmes assez larges qui intéressent a priori tout jeune parent de Tubize ou d’ailleurs. Les parents se sentent souvent désemparés face à ces questions et ne saventpas vers qui se tourner. C’est ce constat qui fut à l’origine des ateliers Kangourous, comme nous l’explique Anne Beghin, psychologue à La fabrique de soi  : «  Il existedéjà beaucoup de choses, de projets, pour aider ou divertir les enfants. Mais pour les parents il n’y a pas grand-chose. Nous avons donc voulu ouvrir un groupe de parole pour parler dela parentalité. L’optique, c’est qu’en quittant un atelier, les gens repartent avec des pistes de réflexion et d’aménagement du quotidien. » C’est donc unanimateur qui prépare les sessions, muni d’un guide d’animation assez précis. Il est accompagné d’un preneur de notes. La compilation de ces notes sera publiée sous formed’ouvrage à destination d’autres parents.

« Des familles décomposées qui ne se recomposent pas »

A La Fabrique de soi, on connaît bien les familles. D’abord, on les connaît via les enfants qui viennent à l’école de devoir ou au groupe de parole d’ados. Mais on lesconnaît aussi grâce à une permanence qu’Anne Beghin avait mise sur pied il y a trois ans. Première difficulté exprimée par les parents  : l’école.Les difficultés des enfants avec l’école rejaillissent souvent sur l’ambiance domestique. Mais plus globalement, Anne Beghin constate que le rôle de parent s’estmodifié  : « Aujourd’hui, le monde est en crise et la famille aussi. Il y a de nombreuses familles décomposées qui ne se recomposent pas forcément. Beaucoupde femmes seules avec enfants viennent aux ateliers. Au-delà, on remarque l’émergence de nouveaux problèmes chez les enfants, avec de nombreux enfants hyperkinétiques. Et,chez les parents, beaucoup sont en fatigue chronique ou en arrêt médical prolongé, pour des problèmes physiques ou psychologiques. » Des situations quiamènent à un repli sur le cercle familial où s’accumulent de la souffrance et des difficultés à gérer le quotidien, notamment avec les enfants. Des ateliersqui s’adressent aussi à ceux « qui n’ont pas les moyens de prendre soin d’eux. Ces gens qui ne s’arrêtent jamais, ne se font pas plaisir et ne soufflent pas. »

Vu les objectifs des ateliers Kangourous, on pourrait imaginer qu’ils font salle comble. Mais ce n’est pas le cas. A chaque session, quatre ou cinq parents font le déplacement, alors qu’ilen faudrait huit pour que les ateliers tournent à plein. Problème de communication  ? Possible, admet volontiers Anne Beghin qui constate que le terme« coaching » n’est pas forcément le plus adapté. Plus largement, un travail en groupe implique toujours de s’ouvrir et de parler de soi, une démarche quin’est jamais aisée lorsqu’on touche à l’intime. Enfin, les ateliers Kangourous n’en sont qu’à leur deuxième année et seront amenés à sedévelopper, car ils correspondent à un réel besoin.

1 Ateliers Kangourous, La Fabrique de soi :
– plateau de la Gare, 11 à 1480 Tubize
– tél.  : 02 355 04 76
– courriel  : lafabriquedesoi@laicite.net
– site  : www.lafabriquedesoi.be

Cédric Vallet

Cédric Vallet

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)