Alter Échosr
Regard critique · Justice sociale

Archives

"Léopolyv" : une formation de filière complète

Projet d’insertion socioprofessionnelle actif dans la commune bruxelloise de Laeken depuis septembre 2007, « Léopolyv’ » a pour ambition de proposer une formation« de filière » allant de l’alphabétisation à l’intégration sur le marché de l’emploi.

23-05-2008 Alter Échos n° 252

Projet d’insertion socioprofessionnelle actif dans la commune bruxelloise de Laeken depuis septembre 2007, « Léopolyv’ » a pour ambition de proposer une formation« de filière » allant de l’alphabétisation à l’intégration sur le marché de l’emploi.

Quartier Léopold, commune de Laeken, Bruxelles. D’ici à 2009, voilà un endroit qui devrait faire peau neuve grâce au contrat de quartier « Léopoldà Léopold », lancé en janvier 2006. Néanmoins, si le lieu a peut-être besoin de quelques coups de pinceau, il n’en reste pas moins que l’ambitiondu contrat ne s’arrête pas là puisque la Région de Bruxelles-Capitale et la Ville de Bruxelles entendent, depuis la mise en place de celui-ci, mettre aussi l’accentsur l’emploi et la formation dans un périmètre qui en a effectivement besoin. Un contexte favorable, qui a permis au projet d’insertion socioprofessionelle «Léopolyv’ » de voir le jour. Produit de l’association de cinq structures (l’AID « Chom’Hier »1, l’asbl « Boulot »2, laMaison Mosaïque de Vie féminine, Entraide Bruxelles Alpha et la mission locale pour l’emploi de Laeken), l’initiative en est encore à ses débutspuisqu’elle n’est opérationnelle que depuis septembre 2007. « Mais nous préparons le terrain depuis plus longtemps, affirme Dominique Poncelet, directrice de l’AIDChom’Hier. Dès septembre 2004, notre AID et l’asbl Boulot avaient créé ensemble l’asbl Espace ABC dont le but est de promouvoir, créer et développer desactivités de formation dans les secteurs de l’insertion socioprofessionnelle, de l’éducation permanente et de l’économie sociale. » Une asbl qui, si elle se voulaitambitieuse, ne disposait pas à l’époque de locaux adéquats pour une telle entreprise. Des locaux (d’une superficie de 1 800 mètres carrés) qui furent finalementtrouvés à Laeken, dans le quartier Léopold, alors que Boulot et Chom’Hier étaient initialement basées à Schaerbeek.

Le contrat de quartier à la rescousse

Après cette acquisition, les événements vont s’enchaîner très rapidement. En avril 2005, les deux partenaires entrent en contact avec la mission locale de Laeken.Très vite, les trois structures comprennent qu’elles partagent une même vision de l’insertion socioprofessionnelle et décident de remettre un projet commun de soutien àl’emploi dans le cadre du contrat de quartier. Bientôt rejointes par la Maison Mosaïque de Vie féminine et Entraide Bruxelles Alpha, elles accouchent du projet «Léopolyv’ ».
« Notre but était de créer une formation de filière continuée, centrée sur l’horeca et la construction et qui permette aux personnes de suivre des coursd’alphabétisation ciblant ces deux domaines, une formation professionnelle et de recevoir ensuite la chance d’accéder à un emploi », renchérit Dominique Poncelet.Dans ce cadre, la Maison Mosaïque, Entraide Bruxelles Alpha et Chom’Hier se chargent des cours d’alphabétisation. L’asbl Boulot, quant à elle, s’occupe de la formation dans ledomaine de la construction alors que la formation horeca est confiée à une série de partenaires extérieurs. Les trois employés de la mission locale, chargésde « jobcoacher », s’occupent, de leur côté, de trouver un employeur et, si possible, un contrat à durée indéterminée pour les travailleursnouvellement formés. Il est également à noter qu’une formation en menuiserie, sans cours d’alphabétisation, est aussi fournie par l’asbl Boulot et qu’une formation enmaintenance textile est proposée, sur le même canevas, par Chom’Hier.

Stagiaires et économie sociale

Au-delà du volet formation, le projet « Léopolyv’ » se veut également générateur d’économie sociale. Ainsi, en sus d’une activité depetits déménagements, le projet a permis la création d’un restaurant social (la K-fête) et d’un atelier de repassage fonctionnant sous le régime des titres-services.Autant de possibilités de stage, aussi, pour les personnes issues des formations proposées par « Léopolyv’ ». « Pour les emplois au sein de l’atelier derepassage, par exemple, nous essayons bien évidemment de donner la priorité aux personnes issues de nos formations. Cela leur donne l’occasion de faire leurs premiers pas dans lesecteur », déclare Dominique Poncelet.

Au niveau des infrastructures, le projet « Léopolyv’ » est plutôt bien loti puisque certains des locaux de formation, la mission locale, l’asbl Boulot et la Chom’ Hier AIDsont hébergés dans les locaux d’Espace ABC dont 500 mètres carrés ont été rénovés en 2006 dans le cadre du contrat de quartier. « Celapeut paraître compliqué comme organisation mais c’est en réalité assez simple, sourit Dominique Poncelet. L’asbl Espace ABC, qui est composée de « Chom’Hier» et de « Boulot », met ses locaux à disposition des partenaires du projet Léopolyv’… » Voilà qui est clair.

1. Chôm’Hier-AID :
– adresse : rue Fransman, 131 à 1020 Bruxelles
– tél. : 02 241 32 30
– courriel : info@chomhier.be
– site : www.chomhier.be
2. Boulot :
– adresse : rue Fransman, 131 à 1020 Bruxelles
– tél. : 02 217 24 62
– courriel : boulot.asbl@scarlet.be

Julien Winkel

Julien Winkel

Journaliste (emploi et formation)

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)