Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Archives

« Prostitution en mode mineur »

« J’étais en fugue de l’internat. J’allais me promener à la gare et quelqu’un m’a fait un clin d’œil. Alors on a commencéà parler, et il m’a demandé si je voulais pas avoir des sous en échange… de certaines choses. J’ai dit “Pourquoi pas ?” (…) ». Jean. Ces quelquesmots comptent parmi les témoignages de prostitués recueillis dans le cadre d’une recherche intitulée : « Jeunes prostitué-es et réponses sociales». Ce 15 mai, lors de la journée d’étude « Prostitution en mode mineur », la chercheuse, Myriam Dieleman, résumait deux années de recherches ;tandis que professionnels, policiers, juges, intervenants sociaux… étaient invités à réfléchir ensemble à l’adéquation des réponsessociales1.

19-05-2007 Alter Échos n° 229

« J’étais en fugue de l’internat. J’allais me promener à la gare et quelqu’un m’a fait un clin d’œil. Alors on a commencéà parler, et il m’a demandé si je voulais pas avoir des sous en échange… de certaines choses. J’ai dit "Pourquoi pas ?" (…) ». Jean. Ces quelquesmots comptent parmi les témoignages de prostitués recueillis dans le cadre d’une recherche intitulée : « Jeunes prostitué-es et réponses sociales». Ce 15 mai, lors de la journée d’étude « Prostitution en mode mineur », la chercheuse, Myriam Dieleman, résumait deux années de recherches ;tandis que professionnels, policiers, juges, intervenants sociaux… étaient invités à réfléchir ensemble à l’adéquation des réponsessociales1.Myriam Dieleman a repéré quelque quinze situations détectées annuellement en Communauté française. Le chiffre apparaît peu élevé.Mais, la chercheuse nuance, évoquant la clandestinité de l’activité, qui renforce son invisibilité. S’il y a lieu de n’être ni alarmiste niminimaliste, estime-t-elle, une en...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

Catherine Daloze

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)