Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Archives

« Prostitution en mode mineur »

« J’étais en fugue de l’internat. J’allais me promener à la gare et quelqu’un m’a fait un clin d’œil. Alors on a commencéà parler, et il m’a demandé si je voulais pas avoir des sous en échange… de certaines choses. J’ai dit « Pourquoi pas ? » (…) ». Jean. Ces quelquesmots comptent parmi les témoignages de prostitués recueillis dans le cadre d’une recherche intitulée : « Jeunes prostitué-es et réponses sociales». Ce 15 mai, lors de la journée d’étude « Prostitution en mode mineur », la chercheuse, Myriam Dieleman, résumait deux années de recherches ;tandis que professionnels, policiers, juges, intervenants sociaux… étaient invités à réfléchir ensemble à l’adéquation des réponsessociales1.

19-05-2007 Alter Échos n° 229

« J’étais en fugue de l’internat. J’allais me promener à la gare et quelqu’un m’a fait un clin d’œil. Alors on a commencéà parler, et il m’a demandé si je voulais pas avoir des sous en échange… de certaines choses. J’ai dit « Pourquoi pas ? » (…) ». Jean. Ces quelquesmots comptent parmi les témoignages de prostitués recueillis dans le cadre d’une recherche intitulée : « Jeunes prostitué-es et réponses sociales». Ce 15 mai, lors de la journée d’étude « Prostitution en mode mineur », la chercheuse, Myriam Dieleman, résumait deux années de recherches ;tandis que professionnels, policiers, juges, intervenants sociaux… étaient invités à réfléchir ensemble à l’adéquation des réponsessociales1.

Myriam Dieleman a repéré quelque quinze situations détectées annuellement en Communauté française. Le chiffre apparaît peu élevé.Mais, la chercheuse nuance, évoquant la clandestinité de l’activité, qui renforce son invisibilité. S’il y a lieu de n’être ni alarmiste niminimaliste, estime-t-elle, une enquête plus poussée aurait son intérêt. Et il y a lieu d’améliorer déjà les interventions et laprévention.

Trajectoires en rupture

Qui sont ces mineurs ? Loin d’établir un profil type, la chercheuse évoque des « trajectoires de vulnérabilisation ». Elle parle de désinvestissementprogressif du lien familial par le jeune ou ses parents, de parcours de placements… de ruptures, de fugues à répétition, d’un parcours d’itinérance.Dans ces trajectoires, la recherche de moyens de subsistance devient un véritable problème pour le jeune. La prostitution peut s’avérer alors, en quelque sorte, uneréponse « adéquate » au contexte : sachant que le mineur ne peut travailler légalement, que l’horaire est flexible, que l’argent est payécash.

Parmi ces mineurs, des mineurs étrangers non accompagnés (Mena), dont le parcours migratoire est porteur de fragilisation. « Certains se prostituent dans des logiques de »débrouille », tandis que d’autres se retrouvent dans des situations d’exploitation (traite des êtres humains à caractère sexuel). » Le regard social etmédiatique donne de ces mineurs une image de victimes sauvagement exploitées, constate la chercheuse. Certes, il y a des cas d’exploitation sexuelle éhontée, mais laréalité ne correspond pas toujours à cette image, précise-t-elle. « Certaines jeunes filles ne se positionnent ni comme victimes ni comme mineures, et mettent enéchec les actions protectionnelles », remarque Myriam Dieleman.

« Il ne s’agit certainement pas de nier les violences de tous ordres qui s’exercent à leur égard, ajoute-t-elle, mais de prendre en considération le contexteet les motivations des personnes. »

Intervenir

Comment alors intervenir ? Certains constats permettent l’ébauche de pistes de travail. D’abord, explique la chercheuse, la prostitution est entourée de déni, deculpabilité… Ainsi les prostitués mineurs ne cherchent que très rarement à se faire aider. De leurs côtés, les intervenants n’abordent querarement la problématique. Parmi les recommandations émises, on trouve de ce fait l’idée de sensibiliser et d’informer les professionnels « en vue de les aiderà détecter et relayer des situations de mineurs prostitués ainsi qu’à éclaircir le malaise qu’ils peuvent nourrir vis-à-vis de lasexualité des jeunes ».

Autre constat, la judiciarisation et le recours à des délits prétextes. La prostitution n’est en elle-même pas une infraction. La volonté de protégerle mineur amène parfois à utiliser des microdélits pour ordonner un placement. « Le placement est problématique quant il est utilisé faute de mieux »,estime la chercheuse qui dénonce une confusion entre protéger et réprimer. « Pouvoir travailler avec des jeunes en difficulté autrement qu’avec l’outilsanctionnel » compte parmi les recommandations.

Ensuite, la question des mineurs prostitués rejoint celle des mineurs en fugue. « Un mineur en rue s’expose à des risques, notamment celui de la recherche d’unlogement. Les abris de nuit acceptent peu de mineurs et les maisons d’accueil font notamment face à la nécessité du travail avec une autorité mandante (juges, SAJ,etc.). » Il s’agirait, selon les recommandations, d’augmenter le nombre de places d’urgence sans mandat (« Les jeunes pourraient s’y rendre d’eux-mêmes») et d’approfondir l’idée de fugue encadrée (laisser faire le jeune et maintenir le lien avec lui).

À lire plus avant sur le site : www.carrefoursaj.be

1. Partie d’un projet pilote initié en octobre 2005 par le cabinet de la ministre de l’Aide à la jeunesse, Catherine Fonck. [
url=http://www.carrefoursaj.be]Documents disponibles en ligne[/url] –
infos auprès de M. Dieleman via courriel : prostitutionjeunes@yahoo.fr

Catherine Daloze

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)