Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Sans-abrisme

L’après-Samusocial : le BAIS au cœur des débats

Poussés dans le dos par la «crise du Samusocial», les ministres bruxellois de l’Aide sociale, Pascal Smet et Céline Fremault, ont appuyé sur le champignon pour faire aboutir au plus vite le vote de la future ordonnance bruxelloise qui doit réorganiser le secteur de l’aide aux sans abri et redessiner l’architecture de la structure qui succédera au Samusocial. Aujourd’hui, les acteurs de terrain font tout pour se faire entendre et peser sur le texte.

CC_Patrick Marioné

Poussés dans le dos par la «crise du Samusocial», les ministres bruxellois de l’Aide sociale, Pascal Smet et Céline Fremault, ont appuyé sur le champignon pour faire aboutir au plus vite le vote de la future ordonnance bruxelloise qui doit réorganiser le secteur de l’aide aux sans-abri et redessiner l’architecture de la structure qui succédera au Samusocial. Aujourd’hui, les acteurs de terrain font tout pour se faire entendre et peser sur le texte.

Dès l’entame de la législature, les ministres bruxellois de l’Aide sociale l’annoncent haut et fort: ils souhaitent réorganiser le secteur bruxellois de l’aide aux sans-abri jusque-là régi par une ordonnance datant de 2002. Leur ambition: orienter la politique «vers un objectif zéro sans-abri». Fin janvier 2017, le Collège réuni de la Cocom approuve en première lecture le projet d’ordonnance «relative à l’aide d’urgence et à l’insertion des personnes sans abri» échafaudé par les deux ministres. Le texte suscite de nombreuses réactions auprès des professionnels du secteur (lire Alter Échos n°441-442).

En juin dernier la «crise du Samusocial» bouscule l’opinion publique et le monde politique bruxellois; elle rend la réorganisation du secteur plus urgente encore avec, au centre des préoccupations, la nécessité de moderniser cette structure d’hébergement d’urgence également devenue coordinatrice du Plan Hiver. Juillet, au cœur de l...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

En savoir plus

Poussés dans le dos par la «crise du Samusocial», les ministres bruxellois de l’Aide sociale, Pascal Smet et Céline Fremault, ont appuyé sur le champignon pour faire aboutir au plus vite le vote de la future ordonnance bruxelloise qui doit réorganiser le secteur de l’aide aux sans-abri et redessiner l’architecture de la structure qui succédera au Samusocial. Aujourd’hui, les acteurs de terrain font tout pour se faire entendre et peser sur le texte.

Dès l’entame de la législature, les ministres bruxellois de l’Aide sociale l’annoncent haut et fort: ils souhaitent réorganiser le secteur bruxellois de l’aide aux sans-abri jusque-là régi par une ordonnance datant de 2002. Leur ambition: orienter la politique «vers un objectif zéro sans-abri». Fin janvier 2017, le Collège réuni de la Cocom approuve en première lecture le projet d’ordonnance «relative à l’aide d’urgence et à l’insertion des personnes sans abri» échafaudé par les deux ministres. Le texte suscite de nombreuses réactions auprès des professionnels du secteur (lire Alter Échos n°441-442).

En juin dernier la «crise du Samusocial» bouscule l’opinion publique et le monde politique bruxellois; elle rend la réorganisation du secteur plus urgente encore avec, au centre des préoccupations, la nécessité de moderniser cette structure d’hébergement d’urgence également devenue coordinatrice du Plan Hiver. Juillet, au cœur de l...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

Marinette Mormont

Marinette Mormont

Coordinatrice web, contact freelances, journaliste (social, santé, logement).

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)