Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

L’inclusion sociale commence à la crèche

Le Réseau des initiatives enfants-parents-professionnels lance à Bruxelles une recherche-action sur l’accueil pour tous dans les crèches.

07-03-2011 Alter Échos n° 311

Le Riepp1, le réseau des initiatives enfants-parents-professionnels, lance à Bruxelles une recherche-action sur l’accueil pour tous.

Qui est-ce qu’on accueille  ? Qui est-ce qu’on n’accueille pas  ? L’approche du milieu d’accueil est-elle adéquate par rapport au quartier et à lapopulation qui l’entoure  ? Sinon, que peut-on faire  ? Comment agir et à quel niveau  ? Sur les inscriptions  ? Sur la manière dont on accueille les familles, surcelle dont on communique  ? On peut également établir des partenariats avec d’autres milieux d’accueil, avec les consultations ONE, les AMO… Cette recherche-action,dont le lancement sera marqué le 21 mars par une matinée de réflexion2 sur l’inclusion sociale et le travail avec toutes les familles.

La démarche ne se limite pas à dresser un état des lieux, des données à ce sujet sont d’ailleurs déjà disponibles. « Il y asuffisamment d’indices pour définir le manque d’accessibilité des milieux d’accueil, constate Anne-Françoise Dusart, qui dirige cette étude. Le projetest ici de passer à l’action, en l’occurrence à la formation des professionnels. » Le Riepp compte sur la participation de quatre à six milieuxd’accueil pilotes volontaires pour analyser, formaliser et valoriser les pratiques déjà mises en œuvre et celles qui se développent afin de les partager avecd’autres. Un travail impliquant, qui courra sur trois années.

Une courroie de transmission

Jeune opérateur de formation – il a été créé en 2007 et agréé par l’ONE en 2008 – le Riepp est particulièrement attentifà la place qu’occupent les parents dans le secteur de la Petite enfance, une place qui se situe entre le partenariat et la complémentarité. Ses membres fondateurs sontissus de crèches parentales, ce n’est sans doute pas un hasard…
Outre les formations continues qu’il propose aux professionnels de la petite enfance, le Riepp met aussi l’accent sur le soutien à la création de nouvelles initiatives.« Nous sommes régulièrement interpellés par des gens qui veulent monter des structures d’accueil, qui cherchent un accompagnement autre que celui du pouvoirsubsidiant, un regard autre que le regard réglementaire, pédagogique – et de contrôle – de l’ONE », dit Quentin Verniers, coordinateur du Riepp.L’asbl aide ces candidats à construire leur projet, leur fait découvrir différents types de structures, met en place des complémentarités en termes destructuration financière et juridique.

Dans une même logique d’idées, le Riepp coordonne également une Université populaire de parents (UPP)3. Cette initiative qui vient de France a pourprincipe de réunir un groupe de parents souvent issus de quartiers populaires ou mixtes et un accompagnateur autour d’un thème en lien avec la parentalité.« Dans les débats sur l’enfance, on entend en général beaucoup d’experts et très peu de parents, et encore moins ceux des quartiersprécarisés », remarque Quentin Verniers. Cette approche de type sociologique a pour but de montrer que ces gens ont des choses à dire, de leur redonner une voix aveccrédit et légitimité, car il ne s’agit pas d’un simple groupe de parole où l’on vient échanger  : les participants interrogentd’autres parents et des professionnels selon une méthodologie définie. Ils visent un changement, une évolution… Une telle UPP fonctionne depuis un an et demià Anderlecht, en collaboration avec Vie Féminine. Intitulée Pazapaz3, cette « université » se penche sur les formes et lesconséquences du manque de places d’accueil pour les familles et plus singulièrement pour les femmes.

Le Riepp est particulièrement attentif à la qualité d’accueil et à l’accessibilité pour tous. La co-éducation parent/professionnel est aucentre de son action, tout comme le respect et la valorisation de la diversité. « Nous souhaitons que les initiatives d’accueil d’enfant s’inscrivent non seulementdans une perspective de garde et d’éducation mais aussi dans une perspective sociale », résume Quentin Verniers.

1. Riepp :
– adresse : rue Antoine Nys, 80 à 1070 Bruxelles
– adresse : avenue de l’Espinette, 16 à 1348 Louvain-la-Neuve
– tél. : 010 86 18 00
– courriel : contact@riepp.be
– site : www.riepp.be.

2. « Accueil pour tous. Parce que l’inclusion sociale commence à la crèche ». Lundi 21 mars 2011, de 8 h 45 à 13 h à la Maison des cultureset de la cohésion sociale de Molenbeek-Saint-Jean, rue Mommaerts, 4 à 1080 Bruxelles.
3. Site  : www.upp-acepp.com.

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)