Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Justice

Jean-Paul Dock : « J’ai vu doubler la population pénitentiaire »

«J’ai fait 35 ans de prison», plaisante Jean-Paul Dock, ancien directeur de la prison de Dinant, qui est aussi passé brièvement par les prisons de Namur, Forest, Huy, Marneffe et Saint-Gilles. Ce long séjour professionnel en milieu pénitentiaire l’amène à s’interroger sur la volonté politique, syndicale de mener des réformes pour faire de la prison autre chose qu’un lieu de «parcage» des exclus de notre société.

(c)Mathias Muller

«J’ai fait 35 ans de prison», plaisante Jean-Paul Dock, ancien directeur de la prison de Dinant, qui est aussi passé brièvement par les prisons de Namur, Forest, Huy, Marneffe et Saint-Gilles. Ce long séjour professionnel en milieu pénitentiaire l’amène à s’interroger sur la volonté politique, syndicale de mener des réformes pour faire de la prison autre chose qu’un lieu de «parcage» des exclus de notre société.

Alter Échos: Quel regard portez-vous sur la longue grève des prisons?

Jean-Paul Dock: Le mouvement était prévisible en raison des économies mises en place dans le secteur des prisons. Les agents pénitentiaires ont obtenu beaucoup d’avantages pendant une vingtaine d’années, si on compare leur statut à celui d’autres agents administratifs. Quand on commence à reprendre ces avantages, c’est normal qu’ils s’accrochent... La différence de réactions entre les Flamands et les francophones s’explique notamment parce que la fonction publique – et particulièrement la Justice – a été plus gâtée au Nord. Il a toujours été plus facile d’obtenir des rénovations pour les prisons du nord du pays.

A.É.: Au cours de ce conflit, on n’a guère pris en considération le sort des détenus…

J.-P.D: Ce n’était ni la préoccupation des travailleurs ni celle des autorités politiques. Ni celle de l’opinion publique.
«Si on construit des prisons, il faudra du personnel supplémentaire. Cel...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

Aller plus loin

«J’ai fait 35 ans de prison», plaisante Jean-Paul Dock, ancien directeur de la prison de Dinant, qui est aussi passé brièvement par les prisons de Namur, Forest, Huy, Marneffe et Saint-Gilles. Ce long séjour professionnel en milieu pénitentiaire l’amène à s’interroger sur la volonté politique, syndicale de mener des réformes pour faire de la prison autre chose qu’un lieu de «parcage» des exclus de notre société.

Alter Échos: Quel regard portez-vous sur la longue grève des prisons?

Jean-Paul Dock: Le mouvement était prévisible en raison des économies mises en place dans le secteur des prisons. Les agents pénitentiaires ont obtenu beaucoup d’avantages pendant une vingtaine d’années, si on compare leur statut à celui d’autres agents administratifs. Quand on commence à reprendre ces avantages, c’est normal qu’ils s’accrochent... La différence de réactions entre les Flamands et les francophones s’explique notamment parce que la fonction publique – et particulièrement la Justice – a été plus gâtée au Nord. Il a toujours été plus facile d’obtenir des rénovations pour les prisons du nord du pays.

A.É.: Au cours de ce conflit, on n’a guère pris en considération le sort des détenus…

J.-P.D: Ce n’était ni la préoccupation des travailleurs ni celle des autorités politiques. Ni celle de l’opinion publique.
«Si on construit des prisons, il faudra du personnel supplémentaire. Cel...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

En savoir plus

«J’ai fait 35 ans de prison», plaisante Jean-Paul Dock, ancien directeur de la prison de Dinant, qui est aussi passé brièvement par les prisons de Namur, Forest, Huy, Marneffe et Saint-Gilles. Ce long séjour professionnel en milieu pénitentiaire l’amène à s’interroger sur la volonté politique, syndicale de mener des réformes pour faire de la prison autre chose qu’un lieu de «parcage» des exclus de notre société.

Alter Échos: Quel regard portez-vous sur la longue grève des prisons?

Jean-Paul Dock: Le mouvement était prévisible en raison des économies mises en place dans le secteur des prisons. Les agents pénitentiaires ont obtenu beaucoup d’avantages pendant une vingtaine d’années, si on compare leur statut à celui d’autres agents administratifs. Quand on commence à reprendre ces avantages, c’est normal qu’ils s’accrochent... La différence de réactions entre les Flamands et les francophones s’explique notamment parce que la fonction publique – et particulièrement la Justice – a été plus gâtée au Nord. Il a toujours été plus facile d’obtenir des rénovations pour les prisons du nord du pays.

A.É.: Au cours de ce conflit, on n’a guère pris en considération le sort des détenus…

J.-P.D: Ce n’était ni la préoccupation des travailleurs ni celle des autorités politiques. Ni celle de l’opinion publique.
«Si on construit des prisons, il faudra du personnel supplémentaire. Cel...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

Martine Vandemeulebroucke

Martine Vandemeulebroucke

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)