Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur
(c)Mathias Muller

Faut-il, comme l’avait fait la France, regrouper les détenus incarcérés pour des faits de terrorisme et considérés comme radicalisés? Ou les disperser, les intégrer dans les différentes prisons comme le préconisent les Danois? La question divise experts et politiques. En Belgique, on fait un peu les deux à la fois. Sur quels critères? Décryptage avec François Xavier, assistant à la faculté de droit de Namur et chercheur au centre Vulnérabilités et Sociétés.

Alter Échos: En 2015, le ministre de la Justice Koen Geens a décidé de créer des ailes spécialisées pour les détenus radicalisés. Mais en précisant qu’il s’agissait de la dernière étape, car la consigne restait celle de l’«isolation par la dispersion» des «intégristes». Comment se fait le choix du régime auquel seront soumis ces détenus? 

François Xavier: Le plan d’action contre la radicalisation dans les prisons prévoit, pour orienter les détenus vers telle ou telle prison, de prendre en compte différents critères dont certains sont assez flous. Le premier est un critère objectif: il concerne les personnes ayant commis des infractions terroristes. Le deuxième parle de personnes «assimilées» aux auteurs d’infractions terroristes. On ne sait pas trop ce que cela veut dire. Le troisième, ce sont les «foreign terrorist fighters» («terroristes de retour») et enfin les «détenus qui montrent des signes de radicalisation». ...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

Martine Vandemeulebroucke

Martine Vandemeulebroucke

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)