Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Logement

Ieder Zijn Huis : de l’exposition au chantier

Le CIVA accueille l’exposition « 1 000 Chambres avec vue » sur les logements sociaux de Ieder Zijn Huis. A voir avant la grande rénovation qui se terminera en 2014.

22-06-2012 Alter Échos n° 341

Quand le monde de l’architecture rencontre celui du logement social, cela ne fait pas toujours bon ménage. Histoire de deux réussites sous forme d’une exposition au CIVA1.
Le mouvement moderniste au niveau architectural a laissé des traces intéressantes dans le logement social. C’est à Franz Guillaume, le bourgmestre socialiste d’Evere de 1948 à 1963, qu’on doit l’ambition de construire une cité modèle. Au départ, il s’est tourné vers Le Corbusier qui a décliné l’invitation. Le projet est alors confié à Willy Van Der Meeren, puis revu à la baisse : seules la tour Ieder Zijn Huis de 104 logements, 148 maisons pour « petits ménages » et une maison de retraite verront le jour après un long chantier. Sans doute déjà des problèmes de finances dans les communes ! Après une cinquantaine d’années d’occupation, la nécessité d’une rénovation s’est évidemment fait sentir. « Même si le bâtiment n’est pas classé, Beliris qui est maître de l’ouvrage, a appelé à un respect du patrimoine », nous explique Charlotte Nys, ingénieur-architecte du bureau Origin en charge du projet.  « C’était tout le défi du projet. Arriver à respecter l’idée de progrès et de modernité développée par Willy Van Der Meeren tout en rencontrant les objectifs d’adapter le bâtiment aux exigences actuelles de confort, d’assurer sa résistance au feu et de l’isoler », complète-t-elle.Affronter l’avenir en respectant le pass...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

Quand le monde de l’architecture rencontre celui du logement social, cela ne fait pas toujours bon ménage. Histoire de deux réussites sous forme d’une exposition au CIVA1.
Le mouvement moderniste au niveau architectural a laissé des traces intéressantes dans le logement social. C’est à Franz Guillaume, le bourgmestre socialiste d’Evere de 1948 à 1963, qu’on doit l’ambition de construire une cité modèle. Au départ, il s’est tourné vers Le Corbusier qui a décliné l’invitation. Le projet est alors confié à Willy Van Der Meeren, puis revu à la baisse : seules la tour Ieder Zijn Huis de 104 logements, 148 maisons pour « petits ménages » et une maison de retraite verront le jour après un long chantier. Sans doute déjà des problèmes de finances dans les communes ! Après une cinquantaine d’années d’occupation, la nécessité d’une rénovation s’est évidemment fait sentir. « Même si le bâtiment n’est pas classé, Beliris qui est maître de l’ouvrage, a appelé à un respect du patrimoine », nous explique Charlotte Nys, ingénieur-architecte du bureau Origin en charge du projet.  « C’était tout le défi du projet. Arriver à respecter l’idée de progrès et de modernité développée par Willy Van Der Meeren tout en rencontrant les objectifs d’adapter le bâtiment aux exigences actuelles de confort, d’assurer sa résistance au feu et de l’isoler », complète-t-elle.Affronter l’avenir en respectant le pass...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

Jacques Remacle

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)