Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Archives

Formadis : enseignement à distance et formation professionnelle

L’enseignement à distance n’est plus un phénomène marginal. Internet supplante les cours par correspondance et son développement contribue à lamultiplication des initiatives de cyberformation, d’e-learning, de campus virtuel, de téléuniversité ou encore de café-pédagogique… Multiplication maisaussi mondialisation qui risque bien, si l’on n’y prend pas garde, de livrer l’accès à la connaissance aux mains de groupes financiers animés par le seuldésir de bénéfices… Et pourtant, l’enseignement/formation à distance offre aussi une réponse en termes d’intégration etd’émancipation. Convaincus, les promoteurs universitaires du projet Formadis (ULg-ULB) ont mis leurs compétences multidisciplinaires au service d’universités, dehautes écoles, de centres de formation, d’administrations, de fédérations d’entreprises et d’associations d’insertion désireux de mettre àdistance, en accès permanent, leurs cours et leurs formations.

28-07-2005 Alter Échos n° 150

L’enseignement à distance n’est plus un phénomène marginal. Internet supplante les cours par correspondance et son développement contribue à lamultiplication des initiatives de cyberformation, d’e-learning, de campus virtuel, de téléuniversité ou encore de café-pédagogique… Multiplication maisaussi mondialisation qui risque bien, si l’on n’y prend pas garde, de livrer l’accès à la connaissance aux mains de groupes financiers animés par le seuldésir de bénéfices… Et pourtant, l’enseignement/formation à distance offre aussi une réponse en termes d’intégration etd’émancipation. Convaincus, les promoteurs universitaires du projet Formadis (ULg-ULB) ont mis leurs compétences multidisciplinaires au service d’universités, dehautes écoles, de centres de formation, d’administrations, de fédérations d’entreprises et d’associations d’insertion désireux de mettre àdistance, en accès permanent, leurs cours et leurs formations.

Le LabSET de l’ULg (Laboratoire de soutien à l’enseignement télématique) et le CTE de l’ULB (Centre des technologies au service de l’enseignement) ontdonc conçu un programme de soutien qui se déroule sur une année et s’articule autour d’une formation technique, d’une formation pédagogique et d’unaccompagnement des projets sélectionnés. Car la mise à distance d’un cours ou d’une formation ne consiste pas simplement à « balancer » du textesur le Net. Il s’agit d’analyser les besoins et la pertinence pédagogique, d’avoir une conception pédagogique reposant sur une série d’activités etune réalisation technique/graphique adaptée. Enfin, d’expérimenter et d’évaluer la mise à distance. Au total 450 heures de formation, de suivi etd’assistance pour tirer le meilleur parti d’Internet. « Nous voulons donner une place de qualité aux institutions publiques d’enseignement et de formation dans cenouveau marché de l’éducation et favoriser le développement d’une offre belge francophone, explique Dieudonné Leclercq, responsable académique del’ULg. Formadis, c’est une sorte de vaccin contre l’invasion étrangère excessive et non fertile. » Ce programme vise l’autonomie des organisationsparticipantes tant au niveau de la plate-forme technologique qu’au niveau du personnel ad hoc, à savoir un responsable technique et un responsable pédagogique.

Mise à distance et « présentiel »

Formadis1 est un projet financé par le FSE, la Région wallonne et la Communauté française. Le projet en est à sa troisième édition : 22réalisations pour 2001-2003 et 11 de plus programmées d’ici à la fin 2004. L’évaluation des neuf projets « cuvée 2002 » a permis auxpromoteurs d’ajuster leur programme aux réalités de terrain. Difficultés pour certaines « directions » de dégager deux personnes le tempsnécessaire à la formation, manque de soutien de ces directions, clarification nécessaire des rôles pédagogiques et techniques, flexibilité dans les formationsdonnées, intensification des échanges de témoignages entre les différents projets accompagnés…

Au final, l’accompagnement de Formadis débouche sur une production en ligne qui constitue soit l’entièreté du cours ou de la formation, soit une partie seulement.En fonction du public cible, il y a à trouver le bon équilibre entre la mise à distance et le présentiel (présence de l’apprenant sur place). Ainsi pour cecours d’initiation à l’entomologie de la Fac d’agronomie de Gembloux, la théorie en ligne bénéficie des multiples possibilités d’animationvirtuelle tandis que les travaux pratiques sont maintenus en auditoire. De même pour Cenforgil, asbl d’insertion bruxelloise, le cours en ligne porte sur la conception du CV et neconstitue qu’une toute petite partie de la formation que reçoivent les stagiaires. De plus, l’accès à ce cours en ligne s’effectue au sein même des locauxde l’association, notamment parce que toutes les stagiaires n’ont pas un ordinateur personnel. « Mais nous les laissons se débrouiller… C’est une excellente miseen pratique de l’usage de l’ordinateur pour des femmes qui se préparent à des boulots administratifs ».

Au bénéfice d’élèves, de stagiaires et de travailleurs

Parmi les projets sélectionnés pour l’année 2003-2004, relevons celui de la Haute École Francisco Ferrer à Bruxelles, celui de l’organismed’insertion socioprofessionnelle COF à Amay et enfin celui de l’ULB-IGEAT pour personnes à l’étranger. Le premier consiste à produire un coursd’introduction à la logistique pour améliorer la performance pédagogique des étudiants en première année de graduat de gestion des transports. Lesecond s’inscrit dans la suite logique du Plan mobilisateur des technologies de l’information et de la communication avec la mise en ligne d’un cours Word XP. Le troisièmeprojet est un cours d’introduction au développement local pour étudiants et professionnels étrangers qui ne sont pas en mesure de quitter leur pays mais qui peuvent menerune action sur leur territoire local.

Le 23 septembre dernier, lors de la présentation de l’évaluation (Formadis II) et de ses nouveaux projets (Formadis III), on pouvait relever quelques commentaires qui augurentde perspectives de décloisonnement encourageantes. « Je réfléchissais comme un linguiste et j’ai dû me remettre en question ; je suis pédagogue, maisj’ai encore appris ; au début, c’était difficile parce que notre boulot d’insertion c’est très différent et puis finalement on a senti qu’onétait compris… »

1. Formadis, bd de Colonster, 2 à 4000 Liège, tél. : 04 366 20 93, courriel : labset@ulg.ac.be, site : http://www.ulg.ac.be/labset/formadis/

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)