Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Vu de Flandre

Flandre : l’achat d’un logement social n’est plus un droit

Depuis 2006, les locataires sociaux flamands ont le droit d’acheter le logement qu’ils louent sous certaines conditions. Pourtant, une très faible partie d’entre eux a fait valoir ce droit et le gouvernement flamand a décidé de le supprimer.

Depuis 2006, les locataires sociaux flamands ont le droit d’acheter le logement qu’ils louent sous certaines conditions. Pourtant, une très faible partie d’entre eux ont fait valoir ce droit et le gouvernement flamand a décidé de le supprimer.

En 2015, la Flandre comptait plus de 150.000 logements sociaux. Ce sont les autorités communales qui sont responsables de la politique locale en matière de logement social. Au sein de la concertation relative au logement social, la commune s’associe avec les sociétés locales de logement, les agences immobilières sociales et éventuellement les CPAS pour déterminer à quels endroits construire de nouveaux projets. En parallèle, chaque société de logement peut développer sa propre politique interne.
Les locataires d’un logement social en Flandre peuvent acheter le logement qu’ils louent sous certaines conditions.
La société flamande pour le logement social (VMSW) est l’organisme de coordination qui donne des conseils et propose des formations aux organismes de logement. «Nous établissons les normes pour les logements sociaux et déterminons ensuite le budget maximum alloué par type de projet», explique Tine Hendrickx, porte-parole de VMSW. L’une des autres tâches principales de cet organisme est d’accorder des prêts aux sociétés de logements sociaux pour qu’elles mènent à bien leurs projets. Ces prêts sont contractés à des taux négatifs (...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

Depuis 2006, les locataires sociaux flamands ont le droit d’acheter le logement qu’ils louent sous certaines conditions. Pourtant, une très faible partie d’entre eux ont fait valoir ce droit et le gouvernement flamand a décidé de le supprimer.

En 2015, la Flandre comptait plus de 150.000 logements sociaux. Ce sont les autorités communales qui sont responsables de la politique locale en matière de logement social. Au sein de la concertation relative au logement social, la commune s’associe avec les sociétés locales de logement, les agences immobilières sociales et éventuellement les CPAS pour déterminer à quels endroits construire de nouveaux projets. En parallèle, chaque société de logement peut développer sa propre politique interne.
Les locataires d’un logement social en Flandre peuvent acheter le logement qu’ils louent sous certaines conditions.
La société flamande pour le logement social (VMSW) est l’organisme de coordination qui donne des conseils et propose des formations aux organismes de logement. «Nous établissons les normes pour les logements sociaux et déterminons ensuite le budget maximum alloué par type de projet», explique Tine Hendrickx, porte-parole de VMSW. L’une des autres tâches principales de cet organisme est d’accorder des prêts aux sociétés de logements sociaux pour qu’elles mènent à bien leurs projets. Ces prêts sont contractés à des taux négatifs (...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

Aubry Touriel

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)