Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur
(c) Siradio, participant au projet

Des ados exilés, en précarité du droit de séjour en Belgique, ont participé à un atelier photo, avec le collectif de photographes Krasnyi, au sein du service de santé mentale Ulysse. L’occasion pour eux d’exprimer leur vécu. A voir à la Maison du livre de Saint Gilles ces 3 et 4 novembre.

A gauche, des gants de boxe. A droite, des gants de cuisine. Djack, jeune Malien depuis deux ans et demi en Belgique, a choisi de photographier parallèlement son travail et son loisir.

Djack a participé, comme une dizaine d’autres jeunes originaires de l’Afghanistan, de la Somalie, de la Guinée, du Maroc, de RDC, du Kosovo et de la République Centrafricaine à des ateliers photos du projet Espace Jeunes mis en place par Ulysse, service de santé mentale bruxellois qui accompagne les personnes exilées 1. « On a créé ce projet en 2012, à destination des jeunes entre 15 et 20 ans. L’idée des ateliers est de pouvoir s’appuyer sur des outils créatifs et multi-media qui débouchent sur une production artistique », explique Lys Gehrels, d’Ulysse.

Journal photographique

Les jeunes participants munis chacun d’un appareil jetable, avaient carte blanche pour réaliser leur série de photos. « Durant les ateliers, on leur a donné des outils, des techniques, des références, ensuite, ils faisaient ce qu’ils voulaient, explique Alex GD, du Collectif Krasnyi, qui a accompagné ces jeunes avec Pierre Vanneste, finalement, tous les sujets reflètent leur vision du monde, racontent leur quotidien, à la manière d’un journal photographique  » .

Aux côtés de nombreux autoportraits, les photos présentent aussi les lieux familiers des adolescents, comme le quartier de la Gare du Nord, à proximité du Parc Maximilien, premier point de chute pour de nombreuses personnes en exil.

Fazoui a choisi de photographier quatre bâtiments publics bruxellois. « Je suis cycliste, livreur à vélo, je suis toujours dans les rues, dans la ville. Je voulais montrer des endroits connus comme la Grand-Place mais aussi d’autres devant lesquels on passe moins, comme la tour japonaise », explique le jeune homme. Siradio (photo ci-dessus) a baladé son appareil photo dans les parcs bruxellois, « des lieux avec des enfants, des vieux, de la vie », et en a photographié les arbres et les plantes. « Pour la beauté de la nature », et aussi, pour celui qui se rêve styliste de stars, « parce que les arbres lui évoquent des créations de mode ».

Montrer ce qu’on a en nous

« Les jeunes peuvent s’exprimer à travers ces ateliers. C’est l’occasion de redonner une voix à ces personnes en marge », souligne Lys Gehrels. Les participant.e.s ont aussi réalisé un court-métrage qui raconte une histoire d’amour entre deux demandeurs d’asile de religion différente ; Un « Roméo et Juliette » contemporain scénarisé et joué par les jeunes. « C’était une expérience fatigante, confie Fazoui, mais très importante pour montrer ce qu’on a en nous ».

A découvrir ce vendredi 3 novembre entre 18H et 21H à la Maison du Livre de Saint-Gilles, rue de Rome, 28. L’exposition peut aussi être visité le samedi 4 novembre de 9h à 13H.

 

1. Ulysse a croisé la route du Collectif Krasnyi lors de l’Altermedialab, Exil un autre horizon, projet journalistique participatif initié par l’Agence Alter. A (re) découvrir ici.

Manon Legrand

Manon Legrand

Coordinatrice Alter Échos, journaliste (social, logement, environnement)

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)