Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Migrations

Exil : « Une vie sans souffrance est un leurre total »

Les troubles psychiques constituent l’une des pathologies les plus fréquentes chez les personnes migrantes. Entre les raisons qui ont poussé ces personnes à quitter leur pays d’origine, les embûches du voyage ou les conditions d’«accueil», leur santé mentale est mise à rude épreuve. Face à ces constats, diverses pratiques sont expérimentées par les acteurs de la santé mentale en Suisse, en France ou en Belgique. Mais il ne faut pas se leurrer, nous disent ces derniers: les soulager relève de la gageure et leurs réactions sont juste normales dans un contexte de vie anormal. Compte-rendu du midi-débat organisé le 22 avril dernier par Médecins du monde et l’Agence Alter.

04-05-2016
© Frédéric Pauwels

Les troubles psychiques constituent l’une des pathologies les plus fréquentes chez les personnes migrantes dont le parcours est marqué par la précarité et le déracinement. Le 22 avril dernier, l’Agence Alter et Médecins du monde organisaient un midi-débat autour de la problématique de la santé mentale des personnes exilées. Compte-rendu des échanges.

«Être et se sentir auteur et acteur, individuel et collectif, de son devenir.» C’est de cette manière que Jean-Claude Métraux, pédopsychiatre et chargé de cours à l’Université de Lausanne en Suisse, définit une bonne santé mentale. Et si la souffrance fait partie de notre essence d’être humain, une vie sans souffrance est un leurre total pour les migrants dans la précarité, ajoute-t-il. «En réalité leurs difficultés ne sont qu’une réaction normale à une situation anormale.»

Entre les raisons qui ont poussé ces personnes à quitter leur pays d’origine, les embûches du voyage et les conditions d’«accueil», la santé mentale des exilés est mise à rude épreuve. «Ils demandent la protection, a priori, la situation de risque, ils l’ont quittée, précise Alain Vanoeteren, directeur du service de santé mentale (SSM) Ulysse. Qu’est-ce qui fait qu’ils sont vulnérables? Les conditions que nous leur soumettons.» Les procédures d’asile et leur logique managériale. La prise de parole forcée par l’autorité. Le no man’s land temporel. Les condi...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

Marinette Mormont

Marinette Mormont

Coordinatrice web, contact freelances, journaliste (social, santé, logement).

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)