Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Evénement culturel et agenda politique pour l’expression et la créativité de monsieur Tout-le-monde

En février, ils « se livraient » à la foire du Livre. Aujourd’hui, ils « s’exposent » à la Maison de la culture de Tournai1.Demain, ils s’expliqueront. Après-demain, ils se décréteront. Les Centres d’expression et de créativité (CEC) sont sous les projecteurs.

05-05-2006 Alter Échos n° 207

En février, ils « se livraient » à la foire du Livre. Aujourd’hui, ils « s’exposent » à la Maison de la culture de Tournai1.Demain, ils s’expliqueront. Après-demain, ils se décréteront. Les Centres d’expression et de créativité (CEC) sont sous les projecteurs.

Être CEC, c’est compter parmi les quelque 170 ateliers qui relèvent du secteur de l’éducation permanente en Communauté française pour leurparticipation à une « dynamique culturelle de proximité ». « Le principe, explique-t-on du côté de l’administration2, est d’offrirà des publics très diversifiés : adultes, enfants, ados, valides ou handicapés, aisés ou fragilisés… là où ils vivent : à lacampagne, à la ville, dans les quartiers riches et pauvres, un cadre où s’exprimer, se révéler à soi-même en se confrontant aux processus decréation ». « L’objectif commun aux Centres d’expression et de créativité est de mettre les participants aux ateliers en position d’acteursculturels, souligne la fédération pluraliste des CEC3 qui regroupe une centaine d’entre eux, plutôt que de les confiner dans le rôle de simplesconsommateurs des créations artistiques et en particulier des plus médiatisées. » Et d’ajouter : « (…) les CEC se différencient des institutions sociales etculturelles dont ils sont voisins. Les CEC répondent à des besoins que ne rencontrent pas ces institutions. Par exemple, à la différence des académies, les CEC nevisent pas à l’acquisition individuelle de techniques artistiques mais à une démarche en commun pour développer un langage artistique et l’utiliser dans unecréation collective. »

S’exposer

Alors que les couloirs du service au ministère de la Communauté française voient s’exposer aux regards des quelques maigres visiteurs le résultat de ces processusde création et d’expression, décision est prise de sortir ces créations et de les montrer au grand public. Une exposition à Tournai aujourd’hui, mais nomadesans doute à l’avenir, donne à voir des œuvres de CEC. A la fois à partir de la collection du ministère, catalogue de trente ans d’existence. A la foisà partir d’une démarche singulière de dialogue avec cinq artistes belges4 et de création pour l’occasion.

Parmi eux, la cinéaste Bénédicte Liénard, conviait à la réalisation de « cartes de visite vidéographiques », dont le résultatpeut être visionné en parcourant l’exposition. Elle évoque le processus : « c’est la rencontre d’un artiste avec un groupe d’animateurs dans le cadred’un projet monté par une institution, en l’occurrence la Communauté française. C’est un pari ardu, une expérience riche mais parseméed’embûches. » L’objectif d’exposer la questionne : « faut-il protéger le processus en cours par rapport à l’objet ou s’approprierl’objet et lui donner une forme artistique qui ne reflète pas vraiment le processus ? » Un débat fameux pour un cadre à l’interférence de lacréation artistique et de l’éducation permanente. La cinéaste a perçu, quant à elle, au travers de cette expérience une « vraie tension entre leprocessus qui est de l’ordre de l’invisible et les résultats tangibles appelés à être rendus visibles. Ceci conduit inévitablement, poursuit-elle,à se poser des questions par rapport à ce qu’est l’art mais aussi par rapport à une conscience de la richesse et du potentiel culturel d’un secteur quis’interroge sur ses enjeux. Une recherche de sens dans sa dimension politique n’est-elle pas nécessaire pour tendre la corde de l’arc – de l’art – et tirer tousensemble ? »

Se décréter

En effet, l’heure est à la révision du cadre législatif et financier. La circulaire vieille de trente ans qui régit le secteur devrait laisser place à undécret. Les négociations sont en cours entre le cabinet de la ministre Laanan, en charge de la Culture5 et la fédération pluraliste des CEC.

Une grille de critères d’évaluation et de reconnaissance est en construction, avec le souhait de dépasser le cadre actuel où la jauge est quantitativeessentiellement – nombre de personnes touchées, nombre d’heures. Aller « au-delà de l’apprentissage d’une technique », « implication desparticipants », « qualité des animateurs fondée sur la maîtrise d’un langage artistique et d’un savoir-faire pédagogique », « contactavec les œuvres et les milieux artistiques »… compteraient parmi les critères obligatoires à l’avenir. Viendraient s’y adjoindre des critèrescomplémentaires tels que la mixité des publics, s’adresser à un milieu justifiant une discrimination positive, la formation continue des animateurs,l’interdisciplinarité, etc. La grille précise les critères en fonction de deux niveaux distincts par le degré d’application du critère. Exemple : pour lecritère « accessibilité du public », le niveau 1 se définit comme « politique de prix adaptée et/ou dispositions pour ouvrir les ateliers à denouvelles personnes » ; le niveau 2 spécifie « démarches visant à intégrer les publics qui ne viendraient pas au CEC sans celles-ci : soit ramassage, soitdécentralisation, soit diffusion intensive du programme du CEC visant à toucher un public large… ».

En termes financiers, « on réclame la misère des centres de jeunes », diront avec dépit certains. En effet, la revalorisation financière seraitguidée par un alignement sur les centres de jeunes, eux-mêmes considérés comme parents pauvres. La projection pour les CEC se chiffre à sept millions d’euros.Une hypothèse qui table sur le regroupement de proximité de petits CEC. Les réalités des ateliers sont, en effet, diverses. Certains CEC sont abrités sous unestructure « parapluie » comme un centre culturel, une maison de quartier…, d’autres fonctionnent grâce au bénévolat avec un travail d’expression quin’est pas nécessairement abouti. Le C-paje, Collectif pour la promotion de l’animation jeunesse enfance6, qui compte parmi ses affiliés une vingtaine de CEC, craint ladé-reconnaissance de ces derniers. Et la fédération pluraliste, qui, elle, est à la table des négociations, de projeter « des moments difficiles avecl’octroi de subsides de plus en plus sélectifs ». Tous cependant voient d’un bon œil le travail de consolidation entamé.

S’expliquer

Dans le cadre de l’exposition « Mieux vaut l’art que jamais. Les CEC s’exposent », les organisateurs de l’exposition et l’asbl Culture etdémocratie7 proposent aux acteurs des secteurs culturels et sociaux de se rencontrer, le 15 mai à la Maison de la culture de Tournai. Objectifs : « encourager denouveaux partenariats ». On pense notamment aux liens avec les CPAS.
Le programme s’articulera entre autres autour d’ateliers thématiques.
• Créativité : comment faire ? Comment élaborer une démarche créative ou les manières de décliner une thématique ? Pourquoi le processuset la production finale sont-ils indissociables ?
• Créativité et alphabétisation. Comment la créativité favorise l’apprentissage et l’ouverture au monde ? Comment le formateur etl’intervenant artistique peuvent-ils travailler en tandem ?
• Créativité et solidarité. Comment travailler avec des publics socialement et économiquement défavorisés ? Comment mettre en place des partenariatsdans le cadre du subside pour la participation sociale et culturelle des usagers des CPAS ?
• Créativité et interculturalité. Comment le processus de création investigue et se réapproprie l’identité individuelle et collective ? Commentexplorer l’altérité et révéler les rapports Nord-Sud dans un processus de création ?

1. Maison de la culture de Tournai (centre culturel transfrontalier), bd des Frères Rimbaut à 7500Tournai – tél. : 069 25 30 80 – contact : Jacky Legge (animateur).

2. Service de l’Education permanente. Direction générale de la Culture. Ministère de la Communauté française, bd Léopold II, 44 à 1080Bruxelles – tél. : 02 413 25 27 – contact : Patricia Gérimont (responsable du secteur CEC).
3. Fédération pluraliste des centres d’expression et de créativité (FPCEC), rue Henri Lemaître,25 à 5000 Namur – tél. : 081 71 15 94.
4. Cabinet Laanan, place Surlet de Chokier, 15-17 à 1000 Bruxelles – tél. : 02 213 17 00 – contact : Denis Dargent.
5. Edith Dekyndt, Bénédicte Liénard, Bob Vanderbob, Jean-Pierre Verheggen et Johan Muyle, commissaire de l’exposition.
6. C-paje, rue des Prébendiers, 1 à 4020 liège – tél. : 04 223 58 71
7. Culture et démocratie, rue de la Concorde, 60 à 1050 Bruxelles
tél. : 02 502 12 15.

Catherine Daloze

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)