Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

En Flandre, la vague des slimme meters n’aura pas lieu

La ministre de l’Energie Freya Van den Bossche fait actuellement barrage à l’installation généralisée des compteurs intelligents dans les foyers flamands.Une volte-face inattendue.

25-05-2012 Alter Échos n° 339

La ministre de l’Energie Freya Van den Bossche fait actuellement barrage à l’installation généralisée des compteurs intelligents dans les foyers flamands.Alors que Bruxelles-Capitale a rendu un avis négatif sur l’analyse coûts-bénéfices et que la Wallonie est en passe de faire de même avantl’échéance européenne du 3 septembre, la Flandre met un frein à son enthousiasme initial et préfère ne pas se prononcer avant fin 2013.

La montée du scepticisme à l’encontre du remplacement systématique des compteurs traditionnels semble avoir eu raison du volontarisme de la Région flamande.Celle-ci se profilait alors comme partisane convaincue des compteurs informatisés – le déploiement des smart grids (réseaux intelligents) figure dans l’accordgouvernemental 2009-2014 via le plan d’action « Région urbaine verte »1. Le régulateur régional du marché del’électricité et du gaz (VREG) escompte 144 millions d’euros de bénéfices sur une période de 30 ans2. Les conseils consultatifs,socio-économique (SERV) et environnemental (Minaraad), ainsi que plusieurs acteurs de la société civile flamande3 estiment que l’argument del’efficacité énergétique élude la question de savoir « qui va réellement bénéficier de ce système  ? »

Bénéfices négatifs

L’université d’Anvers évalue le coût total d’installation des slimme meters à la bagatelle de 2,272 milliards d’euros, au bas mot.D’entrée de jeu, la facture énergétique des ménages flamands sera ainsi alourdie de 40 euros par an, pendant 20 ans – et davantage si leurs compteurs devaientêtre remplacés avant 15 ans. Au lieu de réaliser des économies, aussi minimes soient-elles (la VREG table sur une baisse de consommation de 1,5  % à 4  %),les petits et moyens consommateurs (600 à 3500 kWh/an) seront doublement pénalisés. Comme le rappelle Test-Aankoop, « une partie de la consommationd’énergie est tout simplement vitale et ne saurait être revue à la baisse. » Seuls les gros consommateurs (> 7500 kWh/an) peuvent espérerréaliser une épargne appréciable. La mise en place prévue de systèmes de prix adaptés aux horaires de consommation est perçue par la Gezinsbond commeune « attaque supplémentaire contre la facture déjà impayable des familles ». « La bataille des compteurs intelligents n’est pas unequestion d’efficacité énergétique », dénonce en substance l’OIVO. Même les gestionnaires de réseau Infrax et Elia émettent desréserves « contre toute décision précipitée » et plaident pour une « mise en œuvre progressive afin d’éviter que lestarifs ne montent en flèche ».

A l’en croire, la ministre Van den Bossche ne prendra pas de décision avant la parution l’an prochain des résultats d’une expérience pilote en cours,« quitte à reporter l’usage généralisé des compteurs digitaux à dans cinq ans, quand la technologie sera moins onéreuse et davantageperformante. » Cinquante mille slimme meters sont actuellement testés sur tout le territoire flamand, logements sociaux et kots compris. Plusieurs communes de la provinced’Anvers en avaient déjà installé 5 000 en 2010, mais ce premier test avait moins pour but de mesurer les économies d’énergie que de« confirmer la fiabilité des systèmes de communication », selon Eandis. En matière de résultats tangibles délivrés à un moindrecoût, l’isolation des logements et les énergies vertes restent en tête des priorités. « Les compteurs intelligents devraient être installés surune base volontaire et là où il y a un véritable potentiel d’économie, comme dans les entreprises et autres grandes structures », conclut la ministre detutelle, qui assure que « l’accord gouvernemental sera respecté, d’une manière ou d’une autre. »

1. « La Flandre en Action – Pacte 2020 » – site web  : www.vlaandereninactie.be
2. L’étude commanditée au consultant néerlandais KEMA est disponible sur www.vreg.be/sites/default/files/rapporten/kema.pdf
3. Les syndicats ABVV, ACOD, ACV et ACW  ; Bond Beter Leefmilieu  ; Gezinsbond  ; les ASBL Samenlevingsopbouw et Welzijnszorg ; OIVO (CRIOC)  ; Test-Aankoop.

AmandineGatelier

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)