Alter Échosr
Regard critique · Justice sociale

Environnement/territoire

Écotourisme : du greenwashing anti-social ?

L’été est là (et bien là même) et pour certains les vacances aussi. C’est le moment de se poser la question: on part où? Sauf que… avec la crise climatique et environnementale, nos normes et envies sont mises à rude épreuve. Pour certains, la solution est toute trouvée: l’écotourisme. Mais, au plan environnemental, les pratiques d’écotourisme sont-elles réellement responsables et permettent-elles d’améliorer l’accès au voyage pour les plus précaires? «Loin de là», répond Jean-Michel Decroly, enseignant en géographie et en tourism studies.

© Flickrcc Nicolas Vigier

Alter Échos: Nous avons eu l’idée de cette interview après celle que vous avez donnée au magazine étudiant Prisme. Pour cadrer le sujet, pourriez-vous d’abord nous expliquer ce qu’est le tourisme?

Jean-Michel Decroly: En tant que pratique sociale, le tourisme est une forme de mobilité qui permet de passer un séjour d’au moins une nuitée en dehors de son domicile, hors du temps de travail et pour des motifs de détente, de découverte ou de loisir. Cela peut se faire dans une location, un camping, chez des amis, dans sa famille ou encore dans sa résidence secondaire.

AÉ: Que représente le tourisme en Belgique en termes de nombre de voyages?

J-MD: Pour répondre à cette question, il faut distinguer les personnes qui résident en Belgique et effectuent des déplacements, et les touristes qui arrivent en Belgique. Avant la crise sanitaire, au cours d’une année, environ 60% de la population belge effectuait au moins un séjour touristique de quatre nuitées ou plus en dehors de son domicile. Selon l’enquête voyage de l’Office fédéral des statistiques, en 2019, les Belges ont réalisé ensemble environ 13 millions de séjours touristiques, dont à peine un sur huit s’est déroulé en Belgique. Concernant le nombre de touristes qui viennent en Belgique, il convient de se montrer très prudent, car les enquêtes comptabilisent les voyages professionnels et ne comptent que les arrivées dans d...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

Robin Lemoine

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)