Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Justice

Droits sans toit, pour une justice accessible aux plus démunis

Au cœur de la gare Centrale, la permanence d’aide juridique Droits sans toit accueille les personnes précarisées, parfois accompagnées de travailleurs de rue. L’équipe d’avocats propose gratuitement du premier conseil. Pour rendre visibles des droits souvent ignorés et retisser les liens rompus entre justice et grande pauvreté.

© Flickrcc Oscar W Rasson

Au cœur de la gare Centrale, la permanence d’aide juridique Droits sans toit accueille les personnes précarisées, parfois accompagnées de travailleurs de rue. L’équipe d’avocats propose gratuitement un premier conseil. Pour rendre visibles des droits souvent ignorés et retisser les liens rompus entre justice et grande pauvreté.

Bruxelles centre, rue Cantersteen, face aux galeries Ravenstein. À une infime encablure de la porte d’accès à la gare Centrale, de légères ombres se dessinent sur une vitrine opaque. Collée en son centre, une affiche indique «Droits sans toit: permanence d’aide juridique tous les jeudis de 19 à 20 h». Derrière la vitre, une pièce étroite. Tout juste la place pour une table flanquée de ses quatre chaises. Mady (*) vient de pousser la porte, accompagnée de Dieter, un travailleur de rue de l’asbl Diogènes. Ces deux-là se sont croisés le matin même devant la Bourse. Ils ont discuté longuement. Dieter lui a proposé de passer ici, à la permanence de Droits sans toit. Mady a fini par venir. Et là, sous un large poster arborant les 30 articles de la Déclaration universelle des droits de l’homme, elle raconte: son incompréhension face à un titre de séjour non renouvelé, sa détermination à poursuivre une formation tout juste entamée, la vingtaine d’années passées en Belgique, son homosexualité pénalisée dans son pays d’origine. Sans logement, elle dort où elle ...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

En savoir plus

Au cœur de la gare Centrale, la permanence d’aide juridique Droits sans toit accueille les personnes précarisées, parfois accompagnées de travailleurs de rue. L’équipe d’avocats propose gratuitement un premier conseil. Pour rendre visibles des droits souvent ignorés et retisser les liens rompus entre justice et grande pauvreté.

Bruxelles centre, rue Cantersteen, face aux galeries Ravenstein. À une infime encablure de la porte d’accès à la gare Centrale, de légères ombres se dessinent sur une vitrine opaque. Collée en son centre, une affiche indique «Droits sans toit: permanence d’aide juridique tous les jeudis de 19 à 20 h». Derrière la vitre, une pièce étroite. Tout juste la place pour une table flanquée de ses quatre chaises. Mady (*) vient de pousser la porte, accompagnée de Dieter, un travailleur de rue de l’asbl Diogènes. Ces deux-là se sont croisés le matin même devant la Bourse. Ils ont discuté longuement. Dieter lui a proposé de passer ici, à la permanence de Droits sans toit. Mady a fini par venir. Et là, sous un large poster arborant les 30 articles de la Déclaration universelle des droits de l’homme, elle raconte: son incompréhension face à un titre de séjour non renouvelé, sa détermination à poursuivre une formation tout juste entamée, la vingtaine d’années passées en Belgique, son homosexualité pénalisée dans son pays d’origine. Sans logement, elle dort où elle ...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

Céline Teret

Céline Teret

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)