Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Logement

Des locataires bruxellois en grève des loyers

La section bruxelloise des Équipes populaires a lancé en décembre une grève des loyers abusifs. Cette action vise à renégocier des loyers adaptés aux qualités des logements en vue de garantir à tous le droit au logement décent.

La section bruxelloise des Équipes populaires a lancé en décembre une grève des loyers abusifs. Cette action vise à renégocier des loyers adaptés aux qualités des logements en vue de garantir à tous le droit au logement décent.Les loyers bruxellois ne cessent d’augmenter. Selon le rapport de l’Observatoire des loyers 2013, «entre 2004 et 2013, le loyer actualisé (c’est-à- dire en tenant déjà compte de l’inflation) a, en moyenne, augmenté de 2% par an» (1). On y apprend aussi que «la part du loyer dans le budget avoisine les 60% pour tous les ménages de locataires dont les revenus sont inférieurs à 1.500 €. Or ces ménages-locataires représentent 47% de l’ensemble des ménages-locataires d’un logement dans la région bruxelloise. Il faut disposer de revenus disponibles de 2.000 € par mois pour que la part du loyer dans le budget soit inférieure à 30%» (2). Dans le cas des logements de qualité modestes, les loyers peuvent varier du simple au double. Partant de ce constat, la régionale de Bruxelles des Équipes populaires invite les locataires à partir en grève des loyers abusifs, autrement dit, à refuser de payer la partie abusive du loyer. La concertation à l’amiable privilégiéeLe processus se fait en plusieurs étapes. D’abord, un questionnaire est envoyé au locataire afin d’évaluer le caractère raisonnable sur la base des qualités du logement, et des grilles de référence existantes...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

La section bruxelloise des Équipes populaires a lancé en décembre une grève des loyers abusifs. Cette action vise à renégocier des loyers adaptés aux qualités des logements en vue de garantir à tous le droit au logement décent.Les loyers bruxellois ne cessent d’augmenter. Selon le rapport de l’Observatoire des loyers 2013, «entre 2004 et 2013, le loyer actualisé (c’est-à- dire en tenant déjà compte de l’inflation) a, en moyenne, augmenté de 2% par an» (1). On y apprend aussi que «la part du loyer dans le budget avoisine les 60% pour tous les ménages de locataires dont les revenus sont inférieurs à 1.500 €. Or ces ménages-locataires représentent 47% de l’ensemble des ménages-locataires d’un logement dans la région bruxelloise. Il faut disposer de revenus disponibles de 2.000 € par mois pour que la part du loyer dans le budget soit inférieure à 30%» (2). Dans le cas des logements de qualité modestes, les loyers peuvent varier du simple au double. Partant de ce constat, la régionale de Bruxelles des Équipes populaires invite les locataires à partir en grève des loyers abusifs, autrement dit, à refuser de payer la partie abusive du loyer. La concertation à l’amiable privilégiéeLe processus se fait en plusieurs étapes. D’abord, un questionnaire est envoyé au locataire afin d’évaluer le caractère raisonnable sur la base des qualités du logement, et des grilles de référence existantes...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

En savoir plus

La section bruxelloise des Équipes populaires a lancé en décembre une grève des loyers abusifs. Cette action vise à renégocier des loyers adaptés aux qualités des logements en vue de garantir à tous le droit au logement décent.Les loyers bruxellois ne cessent d’augmenter. Selon le rapport de l’Observatoire des loyers 2013, «entre 2004 et 2013, le loyer actualisé (c’est-à- dire en tenant déjà compte de l’inflation) a, en moyenne, augmenté de 2% par an» (1). On y apprend aussi que «la part du loyer dans le budget avoisine les 60% pour tous les ménages de locataires dont les revenus sont inférieurs à 1.500 €. Or ces ménages-locataires représentent 47% de l’ensemble des ménages-locataires d’un logement dans la région bruxelloise. Il faut disposer de revenus disponibles de 2.000 € par mois pour que la part du loyer dans le budget soit inférieure à 30%» (2). Dans le cas des logements de qualité modestes, les loyers peuvent varier du simple au double. Partant de ce constat, la régionale de Bruxelles des Équipes populaires invite les locataires à partir en grève des loyers abusifs, autrement dit, à refuser de payer la partie abusive du loyer. La concertation à l’amiable privilégiéeLe processus se fait en plusieurs étapes. D’abord, un questionnaire est envoyé au locataire afin d’évaluer le caractère raisonnable sur la base des qualités du logement, et des grilles de référence existantes...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

Manon Legrand

Manon Legrand

Coordinatrice Alter Échos, journaliste (social, logement, environnement)

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)