Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Dans le prolongement de l´occupation du Château de la Solitude par des sans-abri, puis du “squat” de la rue Jonruelle à Liège par des jeunes artistes, des jeunes de laRégion bruxelloise ont décidé de “réquisitionner” deux bâtiments abandonnés, situés cette fois dans la commune d´Ixelles. Le premier est legarage Richard laissé à l´abandon par le propriétaire depuis de nombreuses années. L´autre est une école (“L´Etoile du Berger”) appartenantà l´Eglise catholique (Archevêché de Malines-Bruxelles), dont le gestionnaire est le chanoine Jean De Wulf.
Contrairement au Château de la Solitude et à Jonruelle, les réquisitions ixelloises ont rapidement tourné court, du fait de l´intervention énergique de lapolice communale et de son bourgmestre, Yves de Jonghe d´Ardoye. Les expulsions de l´”Etoile du Berger” ont eu lieu fin février, et celles du garage Richard, aux premiers jours dumois d´avril.
Pour les occupants de l´”Etoile du Berger”, les choses n´en resteront apparemment pas là. Selon les informations que nous avons pu recueillir, ces jeunes, pour la plupart issus demilieux artistiques (photo, théâtre, chants, etc.), étaient en négociation depuis le mois d´octobre dernier avec le chanoine De Wulf, afin de trouver un accordà l´amiable pour l´occupation de cette école abandonnée. Ce dernier, ne souhaitant pas s´aventurer dans une occupation (ne sachant pas encore quel seraitl´avenir de l´immeuble), aurait refusé la proposition des jeunes. C´est suite à ce refrée du vendredi 21 février. Leur projet : utiliser les locauxà des fins d´animation culturelle. Dès le lundi, en fin de journée, la police d´Ixelles est venue les déloger. Après négociation avec les forcesde l´ordre, l´expulsion a été reportée au mardi à midi. Ce délai fut mis à profit pour alerter la presse, et demander de pouvoir rencontrer lechanoine. Suite à cette rencontre, le chanoine De Wulf s´est engagé à trouver un autre bien d´Eglise qui pourrait abriter les jeunes.
L´accord entre l´archevêché et les jeunes est aujourd´hui finalisé. Toutefois, les jeunes ne souhaitent pas encore rendre public leur nouveau projet. Ils sont,du reste, incontactables. On devrait en savoir plus vers la fin de ce mois d´avril.

Alter Échos

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)