Partager par e-mail Partager sur Twitter Partager sur Facebook Partager sur LinkedIn Partager sur Google+ Impression
Environnement

Cultiver bio, à l’école et dans la différence

20 décembre 2018 Céline Teret

Chaque semaine, des jeunes porteurs d’autisme viennent prêter main forte à la section horticulture de l’Athénée Provincial Jean d’Avesnes. Ils viennent y cultiver fruits, légumes et estime de soi, au sein d’une école s’inscrivant dans un projet global d’alimentation durable. Bienvenue en zone de maraîchage scolaire et solidaire, récemment certifié BIO.

Genoux au sol et mains dans la terre, Manu s’applique. De ses doigts agiles, il creuse un petit trou, y dépose un plant de mâche et en recouvre les fines racines. Puis, il répète le geste. Lentement, délicatement. A ses côtés, serrant ses gants boueux contre sa poitrine, Cédric l’encourage: «C’est bien Manu!». Arnaud Glacé, leur éducateur, se tourne vers le jeune homme: «Maintenant que tu as vu comment faire, Cédric, tu vas essayer toi aussi?» Plus loin, Arthur se redresse pour s’étirer alors qu’Arnaud poursuit le repiquage, inlassablement. A quelques serres de là, François papillonne de pots de fleurs en pots de plantes pour y extraire ce qu’il identifie comme étant des «mauvaises herbes». De la poche de son pantalon de travail, il sort son téléphone portable: «Quelle heure il est? J’ai faim moi». Puis, se remet à l’ouvrage. Quelques minutes s’écoulent, il ressort son téléphone: «Quelle heure il est? J’ai faim moi. Vous avez un chien, vous? Moi j’aime bien les chiens.»

 

L’idée de ces activités citoyennes est de leur offrir la possibilité de se rendre utiles dans une activité qu’ils apprécient.

Manu, Cédric, Arthur, Arnaud et François sont des jeunes adultes porteurs d’autisme. Tous les mercredis et pendant les vacances scolaires, ils viennent prêter main forte à la section horticulture de l’Athénée Provincial Jean d’Avesnes, situé à Mons. Ce projet s’inscrit dans le cadre d’une collaboration entre l’école provinciale et la Fondation Susa, un organisme actif dans le service des personnes avec autisme. «De nos différents services d’accompagnement pour adultes naissent des projets, parmi lesquels un projet d’activités citoyennes, explique Arnaud Glacé, éducateur à la Fondation Susa. Au sortir de l’école, certains jeunes adultes avec autisme n’ont pas leur place dans un centre de jour. Ils ne parviennent malheureusement pas non plus à trouver une place dans le monde du travail. L’idée de ces activités citoyennes est de leur offrir la possibilité de se rendre utiles dans une activité qu’ils apprécient.»

Alors qu’ils cultivent ici fruits et légumes au fil des saisons, la petite dizaine de participants au projet de maraîchage et d’entretien de jardin cultivent aussi estime de soi et confiance en leurs capacités. «Outre les apprentissages en matière d’horticulture, ce projet leur permet de développer des compétences liées à la communication dans un milieu ‘ordinaire’, de réaliser un travail comme les autres, de rendre service… Tout cela les valorise, poursuit Arnaud Glacé. Pour certains d’entre eux, ce genre de projet se poursuit dans le long terme. Pour d’autres, il servira de tremplin pour trouver une éventuelle formation, voire peut-être un emploi futur.»

Vers la certification BIO

Pour l’heure, aucun des membres de l’équipe ne s’est encore tourné vers une formation dans le secteur horticole. Mais ils se nourrissent ici des gestes du jardinier, sous la houlette de Céline Danloy, responsable chevronnée de la section horticulture de l’Athénée Provincial Jean d’Avesnes. Dès l’arrivée matinale des jeunes de la Fondation Susa, Céline Danloy les briefe sur les tâches du jour: désherber, creuser, repiquer, retourner, soigner, récolter… Elle explique et répète les gestes, que les jeunes avec autisme reproduisent à leur tour, épaulés par leur éducateur et par Bernard, bénévole à la Fondation Susa. Tout cela dans un contexte de respect de soi et de l’autre, des limites et des capacités de chacun.

Dans un contexte, aussi, de respect de la nature et de la santé, puisquela section horticulture de l’Athénée Jean d’Avesnes a obtenu, en mai dernier, le label BIO pour ses activités de maraîchage. Une des premières écoles belges certifiées agriculture biologique. «Sur l’hectare de terres cultivées chez nous, près de la moitié est consacrée à des activités de maraîchage, explique Céline Danloy. Ce sont ces 48 ares de fruits et légumes qui sont désormais labellisés BIO. Avant la labellisation, nous n’utilisions déjà quasiment plus de pesticides et autres produits nocifs, parce qu’il est interdit de pulvériser et de traiter dans les écoles. Nous fonctionnions donc déjà en agriculture raisonnée. Passer au bio, c’est la suite logique de notre démarche globale d’alimentation durable qui s’inscrit dans le cadre du projet Proxial (lire encadré) de la Province du Hainaut.»

Tout le monde donne de sa personne pour que ça marche.

Environ 10% des produits cultivés et récoltés par les élèves de la section horticulture et les jeunes de la Fondation Susa part directement en cuisine pour le restaurant de l’école. Tout le reste de la production permet d’achalander des paniers de fruits et légumes. Les commandes se font en ligne. Les clients viennent chercher leur panier sur place. La cueillette se faisant à la demande, rien n’est perdu. Un vrai circuit court, des producteurs en herbe aux consommateurs ravis. «Les élèves préparent eux-mêmes les commandes vers l’extérieur, explique Céline Danloy. Pour eux, c’est très motivant de voir la finalité de ce qu’ils produisent. Ils sont fiers de vendre leurs produits à leurs parents et leur entourage. La labellisation BIO a aussi permis de mieux faire connaître et de valoriser l’école dans le quartier. Des habitants du coin viennent chercher leur panier chez nous.»

Contraignante la certification? Pas tant que ça, visiblement. «Contrairement aux idées reçues, la labellisation ne nous a pas demandé une surcharge énorme de travail, poursuit la responsable de section. Oui, il y a pas mal de papiers à remplir, mais c’est le cas de tout producteur. Il faut aussi bien respecter les termes du cahier des charges. Mais comme on était déjà bien avancés sur ces questions, ça s’est fait assez facilement. »

L’enseignante ne s’en cache pas, ce genre de projet demande un réel investissement: «Tout le monde donne de sa personne pour que ça marche.» Un investissement jusque dans le contenu des cours, puisqu’en toute cohérence, ceux-ci tentent de faire place à l’agriculture biologique, à l’alimentation saine et durable, aux enjeux environnementaux. «De manière générale, ce projet donne plus de sens aux apprentissages.»

S’ouvrir à la différence

Derrière les serres de l’école, de larges champs s’offrent à la vue. En cette matinée affichant 0°C, les rayons du soleil se déposent sur la terre blanchie par la nuit froide. Le compost fume. Deux élèves sont postés en son sommet pour y remplir leur brouette. Les râteaux glissent au sol, maniés par les autres élèves de cette classe de 3e, section horticulture. Kevin Lambourg, leur professeur, mène la danse en prodiguant ses consignes sur l’art du ratissage du sol. Au sujet de la certification BIO de son école, il partage : «Le bio, ça demande un peu plus de travail pour désherber et d’être inventifs face à certaines maladies, mais au moins, on sait ce qu’on a dans nos assiettes. Il faut sensibiliser les jeunes à ces questions-là.»

Les élèves de sa classe de 3e démarrent leur apprentissage en maraîchage. Ils ne sont pas en contact avec les jeunes de la Fondation Susa. D’ailleurs, en général, très peu d’élèves de la section horticulture le sont. «On a déjà mélangé les groupes, mais très ponctuellement, explique Arnaud Glacé, éducateur à la Fondation Susa. Ce n’est pas par hasard si on a choisi les mercredis pour venir ici… Cela permet aux jeunes porteurs d’autisme d’être au calme. Pour certains d’entre eux, très sensibles au bruit par exemple, c’est nécessaire. Et à la fois, nous aimerions développer le contact avec les élèves de l’école dans l’avenir, pour qu’ils puissent partager leur savoir-faire avec nos jeunes.» Pour Céline Danloy, même si ces deux publics ne travaillent pas ensemble, ils se côtoient : « Les élèves apprennent à s’ouvrir à la différence et à respecter l’autre. Cette collaboration a aussi permis de relever les intentions de travail et le niveau. Les jeunes de la Fondation Susa s’appliquent et font du bon boulot, ce qui motive nos élèves à faire de même. »

 

 

Proxial, pour une alimentation durable

Le projet de maraîchage bio et d’alimentation durable de l’Athénée Provincial Jean d’Avesnes s’inscrit dans le cadre d’un projet plus large : Proxial. Coordonné par la cellule développement durable de la Direction Générale des Enseignements de la Province du Hainaut, Proxial vise à insuffler progressivement une culture de l’alimentation saine et durable au cœur des établissements scolaires. Près d’une vingtaine d’écoles provinciales ont emboité le pas, chacune à son rythme, fonction de son contexte et de ses contraintes. « Chaque école a créé un comité de pilotage, constitué de représentants du personnel technique, cuisiniers, gestionnaires…, et de représentants de l’équipe pédagogique, enseignants, directions…, explique Bernard Dekoker, coordinateur de Proxial. Il y a encore des cuisines dans toutes les écoles provinciales. Il est important d’intégrer les cuistots dans la démarche générale. Chaque année, le personnel de cuisine suit 5 journées de formation à l’alimentation durable, afin de se familiariser avec les gestes anti-gaspillages, la cuisine saine, les produits locaux et de saison… » Aux réflexes en cuisine s’ajoutent ceux à adopter côté gestion : privilégier les commerces de proximité et fournisseurs locaux, favoriser l’achat de produits frais, peu transformés et respectueux de l’environnement, payer les producteurs au juste prix… Le projet Proxial encourage et accompagne également les équipes éducatives afin que ces enjeux s’intègrent dans les cours théoriques et pratiques. Une démarche qui se veut globale, de la fourche à la fourchette, en passant par les bancs et les champs de l’école.Plus d’infos : www.etudierenhainaut.be/services/services-aux-etudiants/proxial.html

 

Pssssttt, cher.chère visiteur.euse du site d’Alter Échos !!!

Sache que ta présence sur notre site nous réjouit. Sache aussi que nous sommes heureux que vous soyez si nombreux.ses à nous suivre sur le web. Nous avons choisi de mettre en accès libre une grande partie de nos articles … pour le partage & pour répondre à notre mission d’éducation permanente. Mais produire une information de fond & de qualité implique un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous à nos revues !

A la Une