Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Archives

CPAS bruxellois : à nouveaux pauvres, nouvelles missions

En conférence de presse le 8 septembre dernier, la conférence des 19 CPAS de la Région de Bruxelles-Capitale1 constate que le revenu d’intégration (RI)ne suffit pas pour survivre à Bruxelles. Des aides complémentaires sont mises en place, que sollicitent un nombre croissant de non-bénéficiaires du RI. Les 19président(e)s de CPAS bruxellois profitent de la campagne électorale en cours pour formuler leurs propositions : des CPAS au cœur des politiques sociales communales, unélargissement des catégories de bénéficiaires et une revalorisation de leur personnel.

22-09-2006 Alter Échos n° 215

En conférence de presse le 8 septembre dernier, la conférence des 19 CPAS de la Région de Bruxelles-Capitale1 constate que le revenu d’intégration (RI)ne suffit pas pour survivre à Bruxelles. Des aides complémentaires sont mises en place, que sollicitent un nombre croissant de non-bénéficiaires du RI. Les 19président(e)s de CPAS bruxellois profitent de la campagne électorale en cours pour formuler leurs propositions : des CPAS au cœur des politiques sociales communales, unélargissement des catégories de bénéficiaires et une revalorisation de leur personnel.Anciens et nouveaux pauvres : précarisation croissanteLes président(e)s de CPAS constatent : " Les 625 euros d’allocation fournis par le CPAS (à un isolé) ne suffisent pas pour vivre, à Bruxelles. De plus, un tiers desbénéficiaires du revenu d’intégration aura besoin à long terme d’un soutien du CPAS, faute de pouvoir bénéficier d’un contrat de travailstable ou de se mettre en ménage avec une personne qui travaille. "Face à cette situation, des aides complémentaires sont mises en place par les CPAS, mais aussi par d’autres pouvoirs publics : majoration des allocations familiales, cartesant&ea...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)