Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Pouvoirs locaux

Coopérations transcommunales : vers une nouvelle ruralité ?

La commune se révèle souvent un cadre inadéquat, car trop exigu, pour porter des projets de développement territorial. La solution: monter au front avec ses voisins. Une étude récente postule l’émergence, à travers ces coopérations transcommunales, d’une nouvelle ruralité en Wallonie.

Julie Luong 03-04-2017 Alter Échos n° 441-442
«Les coopérations transcommunales sont de nature entièrement volontaire et, dans la plupart des cas, conclues pour un temps limité, celui de la durée de vie du projet», Rudi Claudot

La commune se révèle souvent un cadre inadéquat, car trop exigu, pour porter des projets de développement territorial. La solution: monter au front avec ses voisins. Une étude récente postule l’émergence, à travers ces coopérations transcommunales, d’une nouvelle ruralité en Wallonie.

La coopération entre acteurs locaux en milieu rural est «au cœur des préoccupations des pouvoirs publics depuis plusieurs années». C’est du moins ce qu’affirme Annick Fourmeaux, directrice générale du département de l’Aménagement du territoire et de l’Urbanisme (DGO4) du Service public de Wallonie (SPW)[1]. Le 1er juin 2017 entrera ainsi en vigueur une nouvelle législation en matière d’aménagement du territoire: le Code du développement territorial (CoDT). Conçu comme «une boîte à outils au service des citoyens, des entreprises et des pouvoirs publics», celui-ci devrait permettre de concrétiser dans les meilleures conditions possibles des projets d’urbanisme et d’aménagement avec comme ambition de répondre aux grands enjeux identifiés par la Wallonie: le défi démographique, la lutte contre l’étalement urbain et le soutien au développement économique[2]. Or ce Code, qui succède au Cwatup (Code wallon de l’aménagement du territoire, de l’urbanisme et du patrimoine), prévoit la possibilité pour les communes de se grouper pour établir ensemble un schéma de développement pluricommunal. «Nous somme...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

La commune se révèle souvent un cadre inadéquat, car trop exigu, pour porter des projets de développement territorial. La solution: monter au front avec ses voisins. Une étude récente postule l’émergence, à travers ces coopérations transcommunales, d’une nouvelle ruralité en Wallonie.

La coopération entre acteurs locaux en milieu rural est «au cœur des préoccupations des pouvoirs publics depuis plusieurs années». C’est du moins ce qu’affirme Annick Fourmeaux, directrice générale du département de l’Aménagement du territoire et de l’Urbanisme (DGO4) du Service public de Wallonie (SPW)[1]. Le 1er juin 2017 entrera ainsi en vigueur une nouvelle législation en matière d’aménagement du territoire: le Code du développement territorial (CoDT). Conçu comme «une boîte à outils au service des citoyens, des entreprises et des pouvoirs publics», celui-ci devrait permettre de concrétiser dans les meilleures conditions possibles des projets d’urbanisme et d’aménagement avec comme ambition de répondre aux grands enjeux identifiés par la Wallonie: le défi démographique, la lutte contre l’étalement urbain et le soutien au développement économique[2]. Or ce Code, qui succède au Cwatup (Code wallon de l’aménagement du territoire, de l’urbanisme et du patrimoine), prévoit la possibilité pour les communes de se grouper pour établir ensemble un schéma de développement pluricommunal. «Nous somme...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

En savoir plus

La commune se révèle souvent un cadre inadéquat, car trop exigu, pour porter des projets de développement territorial. La solution: monter au front avec ses voisins. Une étude récente postule l’émergence, à travers ces coopérations transcommunales, d’une nouvelle ruralité en Wallonie.

La coopération entre acteurs locaux en milieu rural est «au cœur des préoccupations des pouvoirs publics depuis plusieurs années». C’est du moins ce qu’affirme Annick Fourmeaux, directrice générale du département de l’Aménagement du territoire et de l’Urbanisme (DGO4) du Service public de Wallonie (SPW)[1]. Le 1er juin 2017 entrera ainsi en vigueur une nouvelle législation en matière d’aménagement du territoire: le Code du développement territorial (CoDT). Conçu comme «une boîte à outils au service des citoyens, des entreprises et des pouvoirs publics», celui-ci devrait permettre de concrétiser dans les meilleures conditions possibles des projets d’urbanisme et d’aménagement avec comme ambition de répondre aux grands enjeux identifiés par la Wallonie: le défi démographique, la lutte contre l’étalement urbain et le soutien au développement économique[2]. Or ce Code, qui succède au Cwatup (Code wallon de l’aménagement du territoire, de l’urbanisme et du patrimoine), prévoit la possibilité pour les communes de se grouper pour établir ensemble un schéma de développement pluricommunal. «Nous somme...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

Julie Luong

Julie Luong

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)