Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur

Environnement/territoire

Compteurs intelligents : la Belgique avance avec prudence

Des compteurs intelligents dans chaque foyer ? Pour la Belgique, c’est non. La technologie, trop coûteuse, n’est pas complètement au point et pose de multiples questions en matière de protection de la vie privée. Dans notre pays, on se dirige donc vers un déploiement segmenté auprès de certains consommateurs ciblés.

Des compteurs intelligents dans chaque foyer ? Pour la Belgique, c’est non. La technologie, trop coûteuse, n’est pas complètement au point et pose de multiples questions en matière de protection de la vie privée. Dans notre pays, on se dirige donc vers un déploiement segmenté auprès de certains consommateurs ciblés.

Un compteur intelligent dans chaque foyer européen : ce petit conte domestique fait rêver l’Union européenne qui, dans différentes réglementations relatives à sa politique énergétique, préconise un déploiement généralisé de cette technologie. Exit le vieux compteur planqué sous des couches de poussière dans votre cave. Place à un terminal électronique doté d’une capacité de communication bidirectionnelle (il reçoit et transmet des informations), qui offre des informations sur votre consommation en temps réel et permet d’effectuer certaines opérations à distance, comme le relevé des compteurs, ou l’ouverture et la fermeture d’accès.
Une utilisation plus rationnelle de l’énergie, une meilleure maîtrise des coûts, une facture plus proche de la consommation réelle, des offres taillées sur mesure selon le profil du consommateur ; l’Union décèle de multiples promesses dans cette technologie, qui selon elle, pourrait aider l’utilisateur final à « participer plus activement au marché de la fourniture du gaz et de l’électricité », tout en contribuant aux efforts pour réduir...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

Des compteurs intelligents dans chaque foyer ? Pour la Belgique, c’est non. La technologie, trop coûteuse, n’est pas complètement au point et pose de multiples questions en matière de protection de la vie privée. Dans notre pays, on se dirige donc vers un déploiement segmenté auprès de certains consommateurs ciblés.

Un compteur intelligent dans chaque foyer européen : ce petit conte domestique fait rêver l’Union européenne qui, dans différentes réglementations relatives à sa politique énergétique, préconise un déploiement généralisé de cette technologie. Exit le vieux compteur planqué sous des couches de poussière dans votre cave. Place à un terminal électronique doté d’une capacité de communication bidirectionnelle (il reçoit et transmet des informations), qui offre des informations sur votre consommation en temps réel et permet d’effectuer certaines opérations à distance, comme le relevé des compteurs, ou l’ouverture et la fermeture d’accès.
Une utilisation plus rationnelle de l’énergie, une meilleure maîtrise des coûts, une facture plus proche de la consommation réelle, des offres taillées sur mesure selon le profil du consommateur ; l’Union décèle de multiples promesses dans cette technologie, qui selon elle, pourrait aider l’utilisateur final à « participer plus activement au marché de la fourniture du gaz et de l’électricité », tout en contribuant aux efforts pour réduir...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

En savoir plus

Des compteurs intelligents dans chaque foyer ? Pour la Belgique, c’est non. La technologie, trop coûteuse, n’est pas complètement au point et pose de multiples questions en matière de protection de la vie privée. Dans notre pays, on se dirige donc vers un déploiement segmenté auprès de certains consommateurs ciblés.

Un compteur intelligent dans chaque foyer européen : ce petit conte domestique fait rêver l’Union européenne qui, dans différentes réglementations relatives à sa politique énergétique, préconise un déploiement généralisé de cette technologie. Exit le vieux compteur planqué sous des couches de poussière dans votre cave. Place à un terminal électronique doté d’une capacité de communication bidirectionnelle (il reçoit et transmet des informations), qui offre des informations sur votre consommation en temps réel et permet d’effectuer certaines opérations à distance, comme le relevé des compteurs, ou l’ouverture et la fermeture d’accès.
Une utilisation plus rationnelle de l’énergie, une meilleure maîtrise des coûts, une facture plus proche de la consommation réelle, des offres taillées sur mesure selon le profil du consommateur ; l’Union décèle de multiples promesses dans cette technologie, qui selon elle, pourrait aider l’utilisateur final à « participer plus activement au marché de la fourniture du gaz et de l’électricité », tout en contribuant aux efforts pour réduir...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

Amélie Mouton

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)