Alter Échosr
L'actualité sociale avec le décodeur
©Flickr CC

Habituellement, en Belgique, près de 60.000 saisonniers – la plupart venant des pays de l’Est – prêtent main-forte aux producteurs horticoles et maraîchers. Mais le Covid-19 a bouleversé les habitudes. Quelques mesures gouvernementales et appels à citoyens plus tard, les grosses exploitations attendent toujours de pied ferme leurs travailleurs étrangers. Une situation qui ne fait que mettre en lumière ce qui se sait déjà dans le secteur agricole depuis belle lurette: des conditions de travail rudes, un boulot mal rémunéré et une dévalorisation des métiers agricoles.

«Cela fait plus de 30 ans que les producteurs n’avaient plus eu un tel sentiment de considération. Avec le confinement, les citoyens ont pris conscience de la valeur de l’alimentation et des métiers agricoles.» Emmanuel Grosjean, coordinateur du Collège des producteurs, est ravi, le circuit court enregistre une augmentation de 10 à 30% de la demande ces derniers mois.
Habituellement, en Belgique, quelque 60 000 saisonniers viennent prêter main forte aux producteurs, lors des périodes intenses de récolte. Près de 90% de ces saisonniers sont employés en Flandre, où la production est plus importante.
Parallèlement à cet engouement, un autre imprévu s’est invité avec la crise sanitaire, pour le moins problématique celui-là: la pénurie de travailleurs saisonniers. En mars, dès les prémices du confinement, un vent de...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

Habituellement, en Belgique, près de 60.000 saisonniers – la plupart venant des pays de l’Est – prêtent main-forte aux producteurs horticoles et maraîchers. Mais le Covid-19 a bouleversé les habitudes. Quelques mesures gouvernementales et appels à citoyens plus tard, les grosses exploitations attendent toujours de pied ferme leurs travailleurs étrangers. Une situation qui ne fait que mettre en lumière ce qui se sait déjà dans le secteur agricole depuis belle lurette: des conditions de travail rudes, un boulot mal rémunéré et une dévalorisation des métiers agricoles.

«Cela fait plus de 30 ans que les producteurs n’avaient plus eu un tel sentiment de considération. Avec le confinement, les citoyens ont pris conscience de la valeur de l’alimentation et des métiers agricoles.» Emmanuel Grosjean, coordinateur du Collège des producteurs, est ravi, le circuit court enregistre une augmentation de 10 à 30% de la demande ces derniers mois.
Habituellement, en Belgique, quelque 60 000 saisonniers viennent prêter main forte aux producteurs, lors des périodes intenses de récolte. Près de 90% de ces saisonniers sont employés en Flandre, où la production est plus importante.
Parallèlement à cet engouement, un autre imprévu s’est invité avec la crise sanitaire, pour le moins problématique celui-là: la pénurie de travailleurs saisonniers. En mars, dès les prémices du confinement, un vent de...

La suite de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous et accédez à l'intégralité de nos contenus et archives en ligne

Déjà abonné ?

Céline Teret

Céline Teret

Pssstt, visiteur, visiteuse du site d'Alter Échos !

Nous sommes heureux que vous soyez si nombreux à nous suivre sur le web. Nous avons fait le choix de mettre en accès gratuit une grande partie de nos contenus, notamment ceux en lien avec le Covid-19, pour le partage, pour l'intérêt qu'ils représentent pour la collectivité, et pour répondre à notre mission d'éducation permanente. Mais produire une information critique de qualité a un coût. Soutenez-nous ! Abonnez-vous ! Et parlez-en autour de vous.
Profitez de notre offre découverte 19€ pour 3 mois (accès web aux contenus/archives en ligne + édition papier)